Vraiment, les socialistes ne respectent rien ! J’avais prévu de rédiger le deuxième épisode de cette nouvelle série Les Chroniques montreuilloises d’ici une petite quinzaine de jours, histoire de ne pas trop vous accabler. Et puis, un rythme mensuel, c’est bien, ça donne un repère. Sauf que le PS a décidé de bousculer l’agenda du Cri du Peuple. Salopards !

Que se passe-t-il donc ? Rien dans le fond. Sauf que le bureau national du Parti socialiste a désigné, mardi 29 novembre au soir, Razzy Hammadi comme candidat aux législatives sur la nouvelle circonscription Montreuil-Bagnolet, sans prendre le temps de consulter les adhérents du PS local.

Hammadi, quatrième de cordée

On se doute que ces derniers sont fous de joie à l’idée de voir leurs couleurs portées par le brillant quatrième de la municipale de 2008 à Orly. Quatrième quand même… avec 13,30 % des suffrages derrière le maire sortant, la sénatrice communiste et même la droite. Ce que l’on appelle une candidature porteuse d’avenir. Le gars Razzy, on l’a annoncé partout jusqu’à Hénin-Beaumont en 2007 pour aller se battre contre la fille Le Pen. Mais visiblement, l’ex président du MJS n’aime guère le risque et préfère se faire parachuter dans des fiefs acquis à la gauche.

Démocratie interne au PS

Juste pour la bonne bouche, je ne résiste pas au plaisir de citer Razzy Hammadi, très Pasquaïen pour le coup, à l’issue du scrutin municipal à Orly en 2008 :

« Une gauche honnête et intègre existe maintenant sur Orly et va travailler pendant les six ans à venir, ainsi que sur les échéances (électorales) intermédiaires (…) Je reste sur Orly, je m’y engage. »

Le cadeau de Martine à l’amère de Montreuil

Sa désignation sans débat et sans vote des militants apparaît comme le dernier cadeau que fait Martine Aubry à sa copine l’amère de Montreuil. Avec un tel cheval de retour, même le probable parachutiste écolo parisien parviendra sans peine à virer en tête dans l’électorat social-démocrate. Fallait bien que le raté de l’amère  – sa déclaration de soutien à Martine Aubry – serve à quelque chose à la fin.

On imagine aujourd’hui le désarroi des amis socialistes montreuillois qui rêvaient de prendre ce qu’ils estiment être « leur » bien : la circonscription arrachée au Front de Gauche, la ville aux Verts indélicats. La rue de Solférino a brisé ces rêves dans l’œuf en abandonnant la 4e ville d’Île-de-France aux écolos.

Qui veut la mort du PS à Montreuil, mis à part moi ?

Les cantonales, Fukushima et tout ça

A moins que… Parce que du côté du Front de Gauche, la dynamique prend enfin. Après le succès de l’assemblée citoyenne du 9 novembre, l’ensemble des composantes du Front de Gauche se retrouve le 11 décembre aux côtés de Jean-Luc Mélenchon à 15 heures au parc Montreau pour le premier meeting régional.

Visiblement, le sentiment de responsabilité l’a emporté dans une ville où la gauche aime jouer à se faire peur. Faut dire que les cantonales de mars 2011 ont joué : la division entre FASE et PCF au 1er tour a bien failli aboutir à un duel PS-Verts au 2e tour. Heureusement, Fukushima et une campagne sous la ceinture contre le renégat Manuel Martinez ont permis, avec les mille appartements visités au porte à porte par les amis communistes, à Belaïde Bedreddine de devancer Martinez de 18 voix… Le rassemblement de l’ensemble du Front de Gauche au 2e tour a offert la victoire sur un plateau à Bed’. Je suis heureux de voir que, aujourd’hui, quand à Tremblay-en-France, les Verts et le PS désignent un candidat unique pour dégommer l’ami Assensi, chacun prenne en compte la réalité pour construire un nouvel avenir politique plus conforme aux attentes des citoyens.

Donc, ce sera Méluche aux présidentielles et Brard à la législative. On a passé un accord qui englobe la Gauche Unitaire, le PCF, le PG, la FASE, Convergence et Alternative, République et socialisme. Les accords, ça se respecte. Et si Patrick Daré en avait été le bénéficiaire, je le soutiendrai sans aucune arrière-pensée malgré le Gévaudan en 2008. Tout pareil si c’était Patrice Bessac. Cela me vaut une réputation d’apparatchick solide. Tant pis, j’ai juste le respect de la parole donnée.

Mouna abandonnée
Viprey au coin, encore une histoire de socialiste maltraité par son parrain

Viprey lâchée par le « Parrain »

Et Mouna Viprey dans tout ça ? N’ayant pas de rapports particuliers avec elle, je ne sais pas ce qu’elle va faire. Je sais juste qu’elle doit être un peu agacée d’être lâchée par son ami Bartolone. Elle n’a pourtant pas démérité qui a porté, bien qu’exclue de ce parti, les couleurs du PS dans la tête d’une majorité des Montreuillois. Avec ses amis du Renouveau socialiste montreuillois, elle apparaissait comme la plus visible des roses à Montreuil, éclipsant le conseiller général Frédéric Molossi, dont il est bien difficile de suivre les circonvolutions au conseil municipal, ou encore Alexie Lorca. « Qui ? » Oui, je sais… Moi aussi, ça me le fait souvent.

———————————

Bonus vidéo : et spéciale dédicace à Razzy – Plasticines « Loser (Les Petits Pilous Remix) »