avril 3

Conversation nocturne à Montretout

Manoir de Montretout (Hautes-de-Seine), mardi 2 avril, 22h13

Marine L. P., en robe de chambre de soie et pantoufles assorties, sirote un verre de bourbon allongé de soda américain. Dans un cendrier, une cigarette se consume. Son portable collé à l’oreille, elle contemple les toiles de maître accrochées aux murs et jette, par moments, un œil au nouveau diamant qui orne son doigt. Elle s’arrête longuement devant une photographie représentant son père avec le « regretté » Hubert Lambert, des ciments du même nom, le début de tout. Soudain, son interlocuteur décroche.

Marine Le Pen

Marine L. P. : Coucou mon gros lapin, c’est moi. Tu as lu mon communiqué sur Cahuzac ?

Louis A. : Oui, oui… Tu aurais pu en faire plus quand même, parler du « tous pourris ». Moquer le mensonge de la « République irréprochable »Je crois qu’il faut monter le ton. Tu aurais pu parler de Guérini aussi. Cette histoire aussi fait bien nos affaires.

Marine L. P. : Non, non. Tu te trompes, nous n’avons rien à faire. Et surtout, n’en rajoutons pas. De toutes les façons, depuis la démission de Jérôme, le plus gros est fait. Les gens sont révoltés, déçus, en colère. Il nous suffit d’attendre et nous allons récolter la moisson l’an prochain. Hollande peut faire le type en colère, son soutien, le soutien de tout le gouvernement et des médias à Cahuzac, le décrédibilise comme jamais.

"Je nie en bloc et en détails"

Louis A. : Tu crois ? J’ai des doutes des fois, les gens ne sont pas aussi cons que nous le pensons, tu sais…

Marine L. P. : Les gens… Allo ? Allo ? Vous me recevez ? Tu es les gens, tu votes pour nous. C’est comme si je te disais, tu as la rage et tu te soignes pas. Non mais allo, quoi.

Louis A. : Arrête avec cette arabe ! Tu sais que ça me rend dingue !

Marine L. P. : Calme-toi mon gros lapin. Tu sais qu’il faut calmer le jeu sur ce côté en ce moment. C’est notre stratégie. Ca et les cadeaux que nous fait le PS.

A Montretout un soir tard

Louis A. : Des fois, j’ai des doutes quand même. Ca va peut être finir par se voir, non ?

Marine L. P. : Non. Tout est sous contrôle. Comme à l’époque de Mitterrand. T’inquiètes pas, tout est sous contrôle. Chacun y trouve ses billes en apparence. Nous allons taper les 20-25 aux municipales, ce qui permettra au PS de garder certaines villes voire d’en gagner d’autres grâce à leur « front républicain »…

Louis A. : Ah ! Parlons-en ! Tu me dis que je serai pas maire de Perpignan cette fois ???

Marine L. P. : Mon gros lapin, tu ne seras jamais maire !

Louis A. : Mais…

Louis Aliot en attente d'une greffe de cerveau

Marine L. P. (le coupe sèchement) : On s’en fout que tu sois maire. On va prendre le pouvoir. Je vais prendre le pouvoir !

Louis A. : Ah… Mais y a le Front républicain, toi-même tu le dis…

Marine L. P. : Mais tu es con ou quoi ? Aux européennes, nous allons faire un carton. Le PS continuera à faire la même politique que l’UMP, on pourra donc cogner comme des sourds contre l’austérité en faisant croire qu’on est du côté des ouvriers. Pendant ce temps-là, la droite aura fini de se déchirer. Une partie va venir avec nous. Du coup, on passe en tête en 2017 et hop… Bingo, jackpot, mon gros lapin. Qui va arriver à l’Elysée ? C’est Marine !

Marine Le Pen et ses amis

Louis A. : Ah oui… Vu comme ça… Ca tient bien. Mais… J’ai un doute.

Marine L. P. : Tu as un doute ? Depuis quand tu réfléchis toi ? Je t’ai pas choisi parce que tu as un cerveau. Si je voulais un cerveau, j’en aurais choisi un autre.

Louis A. : Je sais, je sais. Mais t’as oublié un truc.

Marine L. P. (se met en colère) : Moi, j’ai oublié quelque chose ? Répète un peu connard ?

Louis A. : Ne t’énerve pas ma bichette… Je suis désolé mais tu as oublié le Front de gauche et Mélenchon.

front contre front

Marine L. P. pousse un hurlement de rage et fracasse son téléphone en le jetant sur le sol avant de le marteler avec le talon de sa pantoufle.

————————————–

Bonus vidéo : Rollins Band « Liar » (spéciale dédicace à Hum Toks)

Mots-clés : , , , , , , , , ,
Copyright © 2014. Tous droits réservés

Posted 3 avril 2013 by Nathanaël Uhl in category Décryptage, Front contre Front, Politique

About the Author

Militant du Parti communiste français, Montreuil, Seine-Saint-Denis ; passionné de musiques ; supporter de l'Olympique de Marseille ; amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du Peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Fier d'être un #Blogchevik, membre de Place @ux blogs.

15 thoughts on “Conversation nocturne à Montretout

  1. babelouest

    Argn… l’épine doit lui faire mal, à la donzelle !

    Le plus dur, c’est de faire entrer dans le crâne des gens que leurs ennemis ne sont pas ceux qui viennent payer des impôts en France au prix de leur labeur, mais ces banquiers qui font évader un argent qu’ils ont gagné à la sueur du front des plus humbles. La xénophobie, le rejet de qui n’est pas soi-même, sont si imprégnés dans les mentalités de tant de nos voisins !

      1. babelouest

        Sur ce genre de point, je suis surpris souvent, parmi mes propres voisins, de la vivacité des réactions, et de la difficulté à leur proposer d’autres visions. Il est vrai que la moyenne d’âge est élevée ici ! Je suis presque un jeunot…

  2. Chapron

    C’est excellent ! est-ce que ce ne fût pas trop douloureux de se glisser dans ce corps de grougnasse ? !!
    Des bises des bises !
    Claudine Chapron

Comments are closed.