avril 18

La #Manifpourtous : derrière les enfants, les nazis

Ça y est ! Ils montrent leur vrai visage ! La « Manif pour tous » est bien devenue la « Manif de la honte ». Je fais partie de ceux qui l’ont qualifiée ainsi dès janvier. Quand le GUD, le Groupe Union Défense dont est issu le fraudeur Péninque, a organisé les « débordements » violents et que les intégristes ont utilisé leurs propres enfants comme bouclier. Ce matin, sur les chaînes d’infotainement, la porte-parole du « Printemps français » avait bien du mal à expliquer qu’elle prônait le « pacifisme », elle n’a d’ailleurs pas clairement condamné les violences qui se multiplient ces derniers temps. L’extrême-droite profite du passage en deuxième lecture du texte de loi à l’Assemblée pour hausser le ton.

Le GUD et la manif pour tous

J’ai déjà évoqué ici la mobilisation qu’a engendrée la tournure brutale des actions menées par les opposants à l’égalité des droits. Nous étions plus de 5 000 un mercredi place de l’hôtel de ville de Paris, après qu’un couple gay ait été passé à tabac. Mercredi 17 avril, la mobilisation menée par l’enfant du FN Frigide Barjot a été l’occasion d’un face à face entre « pro » et « anti » égalité. Au cours de cette confrontation, un caméraman a été molesté par les militants d’extrême-droite.

A Lille, c’est un bar homo qui a été pris d’assaut par des boneheads arborant des croix gammées. Vers 22 heures, quatre nazis ont donc envoyé des tables et des chaises dans les vitrines, avant de s’en prendre aux clients attablés en terrasse du bar le Vice-Versa. Dans La Voix du Nord, le témoignage de Yohan, patron de l’établissement, est clair. Il sent que cette venue est louche. Rapidement, l’intention homophobe est affichée. Une bagarre éclate.

Âgés de 25-35 ans, ils avaient des crânes rasés et étaient tatoués. Ça m’a interpellé, ce n’est pas ma clientèle habituelle. Lorsqu’ils ont voulu rentrer, je suis allé les voir. Ils m’ont dit : « On est là pour casser du pédé ! »

Etudiants de sciences-po contre l'homophobie

Même le très militant anti égalité des droits Le Figaro est obligé de rendre compte de la tournure de la manif qu’il soutient. En témoigne la conclusion de son article sur les événements d’hier :

« Pourtant, tard dans la soirée, des accrochages ont opposé manifestants et forces de l’ordre. Des individus ont lancé des fusées, des bouteilles et des pierres sur les CRS et ont brisé les vitres d’une voiture. Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène. Des journalistes ont été pris à partie par des militants d’extrême-droite qui ont notamment cassé une caméra et molesté certains d’entre eux. »


Frigide: la nouvelle Barjot de la droite extrême! par sydne93

Voilà bien ce qui arrive lorsque l’on excite à la haine de l’autre. Laurent Wauquiez peut condamner les violences homophobes ce matin chez Bourdin. Il en est responsable au même titre que la Boutin ou la recalée du Caveau de la République, qui y aurait pourtant bien sa place. Dans ce climat, il faut pourtant saluer la belle résistance que la rue offre aux fascistes, que ce soient les étudiants de Sciences-po Paris, mercredi 17 avril ou encore la belle banderole du virage Sud des supporters des Girondins de Bordeaux, comme l’a rappelé hier mon ami Arthur Fontel.

Girondins de Bordeaux contre l'homophobie

Reste que, au-delà de déclarations convenues, une fois de plus, seul le Front de gauche pose clairement les mots sur les actes. Je cite ici ma camarade Pascale Le Néouannic, une des animatrices du Front de Gauche engagée pour l’égalité des droits :

« Le Front de gauche dénonce avec une extrême vigueur les déclarations et agissements de la droite et de l’extrême droite alliées pour faire échec au mariage pour toutes et tous, profitant de la crise politique en cours et de la pusillanimité du gouvernement. Les propos va-t-en-guerre, la pression physique exercée sur les militantes et militants et sur les élus, à mettre en relation avec les violences exercées contre des homosexuels la semaine dernière, représentent un grave recul des libertés démocratiques et de l’Etat de droit.
Le mariage et l’adoption pour toutes et tous constituent un pas en avant décisif pour instaurer une égalité des droits dans la société. La droite et l’extrême droite veulent faire reculer ce combat. Nous ne les laisserons pas faire. »

un caméraman molesté par la manif pour tous

Je partage l’avis de ma camarade et amie Delphine Beauvois, secrétaire nationale du Parti de Gauche, quant aux convergences qui apparaissent entre droite et extrême-droite :

Elle utilise des éléments symboliques ahurissants : le site printemps français récupère par exemple un grand nombre des motifs contestataires du Front de Gauche (« on lâche rien », etc). On voit les Homen qui récupèrent les codes d’un mouvement féministe (les Femens), qui récupèrent le peace and love… et puis le Jean Moulin et le Delacroix sur leur page Facebook. C’est un peu inquiétant. Les connexions entre l’extrême-droite et la droite, dont nous avions eu les prémices sous Sarkozy, deviennent beaucoup plus claires et se réaffirment.

—————————–

Bonus vidéo : Wizo « Nix Und Niemand »

Mots-clés : , , , , , , , ,
Copyright © 2014. Tous droits réservés

Posted 18 avril 2013 by Nathanaël Uhl in category Agir, Front contre Front, Militantisme

About the Author

Militant du Parti communiste français, Montreuil, Seine-Saint-Denis ; passionné de musiques ; supporter de l'Olympique de Marseille ; amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du Peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Fier d'être un #Blogchevik, membre de Place @ux blogs.

3 thoughts on “La #Manifpourtous : derrière les enfants, les nazis

  1. morvandiaux

    la preuve : les Imposteurs sont toujours bien vivant !!
    Les politiques d’austérité seraient-elles dues à une erreur de calcul ?

    vidéo 18′ à ne pas rater :

  2. mcfr

    Le problème est que la gauche réelle n’arrive pas à organiser de mouvement de protestation équivalent, par exemple sur la hausse des salaires ou autres.

Comments are closed.