Alors, comme ça, je me suis planté… Je rate Le Bourget ! Mais, je plaide non coupable : personne ne m’a dit qu’avait lieu, ce dimanche 23 janvier, un rassemblement de 10 000 admirateurs du bas à couture made in France, rassemblement bienvenue à l’heure où le protectionnisme fait son retour dans le des bas…. flûte… le débat. Moi, je croyais que c’était Flamby qui tenait son premier meeting… Je m’a trompé donc mais j’y suis pour rien. J’ai toujours pensé que les fétichistes light – j’ose espérer que nul n’a obligatoirement besoin de ses artifices pour s’envoyer en l’air (à quelques encablures du musée de l’Air et de l’Espace, fallait pas le rater) – se recrutaient majoritairement à gauche. Question de culture pour magnifier la sexualité.

Bref… Je m’égare. Le Bourget, c’est quand même une chouette marque de bas et collants, mais aussi de corseterie, née en France il y a 83 ans. Pas mal, non ? A l’heure où un autre de nos fleurons nationaux en matière de lingerie féminine est mis à mal – je veux bien sûr parler de Lejaby -, cette mobilisation est salutaire ! Je n’osais même pas imaginer que 10 000 personnes, hommes comme femmes, allaient se mobiliser, bravant ainsi l’opprobre des bien pensants, et afficher leur fantaisie des fanfreluches.

Préparons le changement

Mais il y a deux choses que je ne comprends pas dans ce regroupement de fétichistes. Primo, ils ne sont guère vêtus de manière affriolante, finalement. Secundo, l’orateur principal n’est pas très sexy non plus.

Cela étant, vu que cela part d’un bon sentiment, on pourrait leur suggérer, puisqu’ils aiment autant les dessous chics de profiter des cars affrétés pour aller soutenir les ouvrières de Lejaby. Vous en pensez quoi ? Parce que des salariés d’une entreprise de lingerie qui se retrouvent à poil parce que d’autres lui préfèrent Le Bourget, c’est moyen.

On se mobilise pour Le Bourget. Mais pour Lejaby ?

—————————

Bonus vidéo : DJ Troubl « Fetish »