C’est peu de dire, après la claque encaissée à l’écoute du précédent projet, que j’attendais avec impatience la livraison des rappeurs caennais Ambusquad. Vous en aviez eu un aperçu avec l’angoissant La Spirale, qui servait d’illustration sonore à ma note précédente, et trahit les préoccupations sociales des paroliers. La voilà donc en ligne, la fameuse salve, malgré le nouveau statut de megaupload : FBI porté disparu. Nouvel Horizon est disponible en téléchargement libre, un choix, sinon politique au moins de société, assumé par l’escouade. Mais revenons à cette galette virtuelle, truffée de 18 titres, interludes compris. Pas mal pour ce qui n’est, dans l’esprit d’Ambusquad, qu’un moyen de nous faire patienter avec la parution d’un « vrai » deuxième album en mai-juin prochain…

Je ne vous ai pas parlé de qui se cache derrière Ambusquad dans ma précédente chronique. Je vais donc commencer par là. Une équipe de trentenaires, loin du show biz, des mecs qui bossent ou cherchent du taff, qui lisent, réfléchissent, matent des films autres que Fast and Furious. Ce n’est pas pour rien que le titre d’ouverture s’appelle Fenêtre sur cour, clin d’œil assumé à Alfred Hitchcock. Rien moins. Qui a dit (non je ne cite pas Sexion d’Assaut) que les mecs des quartiers n’avaient pas de culture ?

Ambusquad en a à revendre de la culture et ne cherche qu’à la transmettre. Leur ambition affichée demeure, dans la tradition du rap américain initiée par Grandmaster Flash et poursuivie par Public Enemy, KRS-One ou Mos Def, de participer à montrer autre chose, à ouvrir les esprits. Quitte à aller gratter là où ça ne fait pas du bien. De ce côté là, La Guerre du feu avec Pilli Pilli en invité abrasif est un monument. Faites gaffe ! Ces gars maîtrisent les mots et les placent au bon endroit. Mais l’écoute n’est pas si simple, prenez bien le temps de tout entendre. Ce ne sont pas des gamins, ni des poseurs qui se la raconteraient bling bling gangster. Ils ont la maturité pour vous prendre à rebrousse-poil. Ce n’est pas la moindre de leurs qualités. Il faut goûter Devoir de mémoire et son refrain : « Qui écrit l’histoire ? La plume du vainqueur, pas celle du perdant ».

En termes de phases, que ce soit dans le contenu – travaillé sous l’angle de l’humanisme – ou dans la manière de les poser, le progrès est manifeste. Du coup, l’attente de l’album de juin devient encore plus cruelle. Et je ne parle pas, encore, des sons. Là, aussi, y a du boulot. Les Ambusquad ont engrangé bien des ambiances, bien des influences : de la musique traditionnelle africaine aux sonorités plus électroniques. Si ces dernières sont en vogue dans le milieu hip hop, la touche particulière de Sylence, le beatmaker du groupe, fait ressortir l’ensemble du lot. Il n’est qu’à se pencher sur Ghetto Glossaire, déclaration de guerre aux rappeurs formatés pour Skyrock, ou encore le sublime Carte blanche pour s’en convaincre. C’est comme si Ambusquad prenait les mêmes armes que les groupes mainstream pour les retourner contre eux.

Avec ces recherches musicales poussées, le combo du 14200 savent aussi jouer du contrepied. Les Gens qui me connaissent avec ses mélopées tribales, à la limite de la transe, constitue une drôle d’expérience à tester au casque, volume bloqué à fond évidemment. Pour les amateurs de sons plus classiques, relevez enfants de la rime avec ses nappes de violons et ses cuivres très marqués par le RnB originel, celui de la Motown ou de Stax.

Au final, à la première écoute, Nouvel Horizon m’est apparu plus sombre que La Dernière Marche. Mais c’était à la première écoute. Il y a au final bien plus de variété dans la palette déployée par le groupe et produite avec maestria par Brusco. Le résultat est super léché, carré comme rarement chez les professionnels.

Le Nouvel Horizon, c’est donc autant celui que le groupe s’est ouvert lui même que celui qu’il nous propose d’explorer depuis cette Fenêtre sur cour.

 

Téléchargez Nouvel Horizon sur le site d’Ambusquad.

Retrouvez Ambusquad sur facebook et sur myspace.

——————————

Bonus vidéo : Ambusquad « Rappelle-Toi (Sylence Remix) »