L’amère de Montreuil, ne supporte vraiment pas la contradiction. Pour celles et ceux qui la connaissent de près, ce n’est pas une nouveauté. Elle vient de manifester, une nouvelle fois, son peu de goût pour l’expression démocratique, dès lors qu’elle ne va pas dans le sens de ses intérêts, ce jour. En effet, elle a fait, par la voix électronique de son adjointe au Personnel Hélène Zeidenberg, dont c’est bien le rôle, interdire aux agents communaux de participer aux Assemblées générales du Comités des œuvres sociales (COS).

Expression démocratique à Montreuil (allégorie)

Faut-il voir dans cette oukase, que l’on peut quasiment assimiler à une violation de la loi, la riposte de l’amère après le rassemblement spontané d’une grosse centaine d’agents sous ses fenêtres à l’issue de l’assemblée des salariés de la mairie qui s’est tenue mardi dernier ? Où est-ce une manière de faire vivre le « dialogue social » auquel l’ex sénatrice de Seine-Saint-Denis se dit très « attachée » ?

Il faut dire que les décisions de la majorité Europe Ecologie-Les Verts, qui transfèrent sur le budget du COS le financement d’action qui sont normalement du ressort de la municipalité, ont bien du mal passer. Selon mes informations, deux préavis de grève sont déposés consécutivement à l’assemblée de mardi dernier. Le premier est programmé pour vendredi 3 février ; le second, pour le jour du conseil municipal du 9 février.

Scarlet O'Hara a les faveurs des agents communaux

Je l’ai déjà écrit, ces transferts de compétences vont avoir pour conséquence que le budget dont le COS aura la libre administration sera diminué de moitié. Un observateur attentif est également en droit de se poser la question de la légalité de telles mesures. On peut enfin, quand on voit les choses de loin, s’étonner du peu de démocratie dans les décisions prises par les élus de la majorité dirigée par madame Voynet.

Mais c’est uniquement lorsque l’on regarde les choses de loin. Précédemment, l’amère de Montreuil a lancé, sur la base d’une étude qui n’a d’audit et de sérieux que le nom, une campagne de dénigrement de la CGT, organisation majoritaire au sein du personnel communal de Montreuil ; campagne qui s’apparente rien moins qu’à un procès stalinien. Je vous renvoie à la lecture de l’étude qu’a publiée la CGT sur la réalité des dépenses du COS pour que vous puissiez juger vous-mêmes.

La révolution écologique : le droit de la fermer

Il ne faut pas oublier non plus que, contrairement à ce qu’en avait décidé son prédécesseur honni, les élus de l’opposition municipale ne sont plus autorisés à siéger dans les instances paritaires où sont évoquées les choix d’organisation des services…

Enfin, quelques mois plus tôt, le 12 décembre 2010, à l’occasion de l’inauguration du marché rénové de la Croix de Chavaux, un rassemblement de sympathiques militants du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) et du Parti de Gauche (PG) a été organisé pour protester contre la fermeture du centre municipal de santé du Bas-Montreuil. Dans la tradition, mégaphones et slogans accompagnaient le dit rassemblement. Mégaphone qui finit sa triste vie arraché et cassé par Patrick Petitjean, alors adjoint de madame Voynet. Des membres du cabinet de l’amère ont été jusqu’à l’échauffourée, blessant un des manifestants.

Je croyais, benoîtement, ce genre de méthodes assimilé au stalinisme qu’a toujours prétendu combattre madame l’amère.

———————————-

Bonus vidéo : Combichrist « Shut Up and Swallow »