Drôle de sensation que d’avancer, vide de sens,
Dans des rues passantes où je ne vois plus personne.

Il n’y a que les sans domicile qui me reconnaissent – semblables –

Mes pas perdus me portent vers le Père Lachaise :
Cachin, Thorez. Et le mur des Fédérés.

Père Lachaise, cimetière à ciel ouvert de nos lendemains qui chantent

Je me suis perdu, mon essence se répand sur les pavés mal polis.
Tordent mes chevilles vaine errance