Quand j’étais adolescent, dans les années quatre-vingt, mes parents (coucou, maman!) étaient abonnés au Nouvel Observateur. C’était de bon ton à l’époque. La chronique de Delfiel de Ton y était attendue. Je ne comprenais par trop pourquoi. Je la lisais aussi, pour me faire un avis : ce type me semblait bien représenter l’hebdo des sérieux rocardiens. On y regardait la France depuis la lune. Evidemment, avec ses émoluments, le plumitif de l’hebdo de la deuxième gôche était un poil loin des problèmes du Français moyen que nous étions ma maman, mon pôpa, ma sœur et moi.

N’empêche, aux chiottes, la lecture du Nouvel Obs me faisait passer le temps. Il y a avait en 3e de couverture les annonces pour des demeures – très très chères – à vendre. Dans le Lubéron déjà. Il y avait les annonces de cul, les pubs pour call girls de luxe camouflées en « recherche de relations ». ça fouettait mon imaginaire autrement mieux que le catalogue des 3 Suisses. Excusez-moi, je vous prie, j’avais 14 ans à l’époque.

Depuis, mes rapports à la Pravda de la gôche germanopratine se sont quelque peu espacés. J’ai découvert Politis, L’Humanité dimanche et d’autres lectures déviantes qui me vont mieux au teint. Mais je garde un œil sur les publications de l’Inprecor1 strauss-kahnien. Plus lisible qu’une note du think tank Terra Nova, il en dit long sur l’involution de la gôche des beaux-quartiers. Sous couvert d’information, je me délecte de découvrir, entre deux pubs pour produits haut de gamme (on ne change pas une régie qui gagne de la tune), les involutions de l’idéologie sociale-libérale. Au fil des ans, j’ai pu lire, sous les plumes les plus variées, les renoncements successifs de cette social-démocratie qui aspire à revenir au pouvoir sans avoir envie de changer la vie des citoyens de notre beau pays.

Ce jeudi 12 avril, toutes mes alertes numériques clignotent au rose fluo. Entre 10 pages destinées à renseigner le lecteur (!) sur les meilleurs placements financiers en vue de passer les élections et la crise, le Nouvel Obs charge le Front de Gauche sabre au clair tel un cosaque fonçant sur les ouvriers en 1905. Et, pour faire bonne mesure, convoque – sur deux pages siouplé – le fameux Michel Onfray, dont j’ai déjà écrit tout le bien que je pense de lui ici même. Tout y passe : la Terreur, le communisme couleur de caserne, etc. Rien ne nous est épargné pour nous faire passer pour les héritiers des plus sanguinaires des révolutionnaires. Jusqu’aux attaques fielleuses sur l’homme. Je comprends que Jean-Luc Mélenchon en ait été blessé.

N’étant pas visé et vu que je suis un communicant mesquin, pour moi reste l’essentiel : en bien ou en mal, l’important c’est que l’on parle de nous. Donc, comme j’ai aussi eu l’occasion de l’écrire, je vous redis merci, messieurs les can bo2 de la pensée inique. Et puis, en quelque sorte, la couverture du magazine préféré des patrons de gauche constitue l’hommage ubuesque que rend à chaque fois le vice à la vertu. Ne voyez rien de robespierriste dans ce dernier mot, mes racines personnelles sont plutôt du côté des jouisseurs à la Danton.

Il y a un autre courant « politique » qui est heureux des saillies d’Onfray et du Nouvel Obs, c’est le Front national. Dans sa vitrine officieuse, François de souche (trouvez vous même le lien si vous voulez), le parti d’extrême-droite hurle sa joie : « Onfray ne votera pas Mélenchon, il a horreur de la terreur ». Messieurs de la social-démocratie, vous risquez fort de réveiller le bolchévik troisième période qui sommeille en moi. Je sais avoir le sabre haut et le verbe tranchant, ne me tentez pas.

Reste que je conserve toujours la même place au Nouvel Obs. Aux chiottes. Sauf que l’usage a changé. Je ne le lis plus. Je voudrais demander à Laurent Joffrin un petit service : qu’il change le papier. Le satiné, c’est pas cool pour s’essuyer.

1 – Inprecor, créé en 1919, est l’organe de la IIIe Internationale recueillant les articles théoriques écrits par les communistes du monde entier.

2Can Bo désigne en vietnamien le commissaire politique.

 

——————————–

Bonus vidéo : Lady Sovereign « Pretty Vacant »