Par François Miranda

De quoi Marc Almond est-il le nom ? Je vous le demande.

Si je vous dis « Soft Cell », bien sur vous allez me répondre Tainted Love, reprise qui a éclipsé l’original. C’est donc le nom du chanteur de Soft Cell.

Bien plus encore.

D’un corps, que l’on retrouve dans des photos de Pierre et Gilles, qui ne s’y sont pas trompés et lui ont donné le rôle du diable sur une œuvre. La vidéo de sa chanson A Love Spurned, ce sont eux aussi.

D’un gars pas tout jeune, qui ne se ressemble que peu, parce que suite à un grave accident de moto, il a eu une chirurgie réparatrice et non pas parce qu’il est accro à la chirurgie esthétique comme une montreuilloise célèbre.

D’une présence qui lors d’un concert il y a longtemps à Paris, a tenu toute une salle en haleine avec 2 musiciens qui assuraient tout le set en support et à la fin duquel il fendit la foule pour rouler des pelles à tous les gars des premiers rangs.

D’un gars qui chante tellement bien qu’écouter ses albums est un plaisir réitéré, des disques inégaux, ce qui n’est pas grave : Mother Fist … and Her Five Daughters et The Stars We Are sont mes 2 préférés.

D’une voix, qui parfois va si loin dans le mielleux, que lors de son duo avec Nico, le dernier enregistrement de la dame, la voix la plus grave des deux ce n’est pas la sienne, ce qui a toujours beaucoup fait rire mes enfants

D’un gars qui chante avec Bronski Beat I Feel Love, aussi mal coiffé qu’il est sexuellement explicite, ou avec Gene Pitney, improbable chanteur américain à succès dans les années 60 qu’il est allé déterrer on ne sait où pour l’occasion.

D’une icône gay des années 80, d’un des chanteurs de l’opéra rock Poppea, celui qu’on remarque, dont on se souvient.

D’un gars qui à la fois avec Trash Palace reprend Gainsbourg en anglais, Boy Toy ; Brel avec tout un album ; Jacky ; Aznavour en rendant les 2 derniers supportables.

D’un gars qui peut chanter avec un orchestre symphonique sans être ridicule.

D’un gars qu’on va encore chercher pour des collaborations qui ne sont plus de son âge, Systeme F (qui devrait plaire au taulier) ou la chanteuse So pour un très amusant The Way You Walk.

D’un chanteur que mon nouveau casque audio dont je n’arrête pas de faire la promo ailleurs tant j’en suis satisfait, me permet de redécouvrir la voix, la grâce, l’explicite.

De quelqu’un qui pourrait passer chez Drucker en réussissant à parler de cul avec l’assentiment de ce dernier.

D’un chanteur dont l’écoute n’est même pas un plaisir honteux à l’instar de certaines divas de la pop largement encensées dans ce blog.

———————–

Bonus vidéo (choisi par le taulier) : Marc Almond « The Days Of Pearly Spencer »