Note spécialement dédicacée à « Elle ».

Qu’elle est surprenante cette campagne, quand même. N’étant pas un coutumier de l’info en flux tendu, j’ai attendu ce matin, au réveil, à l’occasion de mon rituel laïque café infos, pour écouter l’expression de notre Premier ministre préféré, François Fillon, au sujet de l’abattage rituel. Ses propos valent quand même leur pesant d’hostie. Prenons le temps de nous les remémorer : estimant que « les religions devraient réfléchir au maintien de traditions qui n’ont plus grand chose à voir avec l’état aujourd’hui de la science, l’état de la technologie, les problèmes de santé », il a suggéré aux Juifs et aux Musulmans de « revenir sur les traditions ancestrales » relatives à l’abattage rituel. Fillon nous expose donc une vision d’athée militant quant au rituel mis en place par la religion.

Dans mon camp politique, il est de bon ton de limiter l’interdit alimentaire comme l’abattage rituel à des raisons d’hygiène. En clair, dans des régions où les températures sont élevées, où la viande se conserve donc peu, l’abattage rituel  – qui, entre autres, vide l’animal de son sang – empêche la viande de tourner. Le porc, quant à lui, est frappé d’interdit alimentaire puisque cet animal, qui est une poubelle vivante, véhicule facilement bactéries et génère des risques de maladie. Fermez le ban. Cette vision mécaniste du rituel et de son rôle dans la société est assez fréquente chez les marxistes, dont je fais partie. Je précise qu’elle n’est pas tout à fait la mienne, même si je ne la réfute pas loin d’en faut. Je donne au rituel d’autres fonctions, nous y reviendrons.

Donc, je me réveille avec un Fillon marxisant et athée. Qui lui fait sa carte à la Libre pensée ? C’est d’autant plus drôle que notre Premier ministre est tout de même un catholique croyant et pratiquant. L’un des très rares chefs de gouvernement à avoir été reçu par le Pape, ce qui a permis à notre François national de mettre en avant le « rôle positif » de l’encyclique Caritas in Veritate. Son rôle dans la campagne de Sarko est de sécuriser et de verrouiller l’électorat catholique. Ce dernier a dû avoir un sacré hoquet lundi 5 mars à entendre les propos de Fillon. Ces derniers, « stupéfiants » selon le CRIF, sont choquants pour n’importe quel croyant. Parce qu’ils remettent en cause, au-delà du seul abattage religieux, tous les rites.

Mais quelle est la fonction du rite, monsieur Fillon ? Les rites permettent la cohésion d’un groupe et l’appartenance identitaire à une communauté, régie par la religion, pour un individu qui se reconnaît en elle. En observant le rite, l’individu s’affirme comme membre de la communauté religieuse. Il satisfait son besoin de reconnaissance et manifeste son acceptation de la règle, qui est une part du contrat social défini par la religion concernée. Les rites permettent également de se différencier des autres groupes et de marquer sa distinction dans l’opposition par une pratique ou un rite diffèrent. Les rituels peuvent trouver leur fondement dans des traditions ou dans des textes religieux à caractères réglementaires indiquant à l’homme ce qui est permis ou interdit.

A titre personnel, je rajouterai que le rite, et son observation, permettent aux croyants de réaliser leur propre aspiration à la transcendance. Précisons en passant que les croyants n’ont pas le monopole de l’aspiration à la transcendance mais c’est un autre débat, dans lequel je rentrerais peut être un jour. Le rite donc, en tant que pratique, contribue à donner une valeur sacrée (par opposition à profane) à des gestes qui, sans cette dimension rituelle, seraient tout bonnement privés de sens. De l’absence de sens pour le geste à l’absence de sens pour l’existence, il n’y a que quelques mots. Et la quête du croyant, au travers de la transcendance, est bien celle du sens que, ne sachant trouver en lui même, il cherche dans une puissance autant supérieure qu’elle lui est extérieure.

Mon cher François, je suis bien navré, j’allais écrire marri, que ce soit moi, un athée assumé, qui soit obligé de te rappeler, à toi catholique revendiqué, ces quelques fondamentaux à propos du rite. Ah… Peut être me suis-je égaré, en fait. Tu ne parlais pas du rituel pour tous, comme les auditeurs se rattachant à l’église de Rome ont dû le croire… Tu ne faisais que t’inscrire, au nom d’une fausse modernité et dans un manque total de respect pour les croyants d’autres cultes, dans la croisade contre les Juifs et les Musulmans déclenchée par Sarkozy et Guéant ? Oups, pardon. J’ai cru que, pour une fois, tu ne faisais pas de la politique politicienne.

Post scriptum : J’habite à la Goutte d’or, dans le 18e arrondissement de Paris, un haut lieu de multiculturalité. Et j’ai le regret d’informer Riofoul, Guéant, Sarko et Fillon que le halal n’est absolument pas un sujet de préoccupation dans ce quartier populaire. C’est juste grotesque de l’affirmer.

——————————–

Bonus vidéo : Depeche Mode « John The Revelator » (live)