C’est parfois difficile de regarder les informations télévisées au réveil, en prenant son petit déjeuner, et de garder son café dans la bouche sans s’étrangler. J’en ai encore fait la difficile expérience ce lundi 26 mars. Ainsi donc, j’en étais à avaler ma deuxième tasse de ce breuvage noir qui a pour vocation de me réveiller lorsque >Itélé annonça avec la grandiloquence qui lui sied que « l’insécurité revient dans la campagne ». On parle évidemment des drames de Toulouse et de Montauban, dont le traitement spectaculaire par les chaînes de télé fait au moins autant débat que l’attitude de la Direction centrale du renseignement intérieur.

Ami-e lecteur-trice, je n’ai pas écrit « tout ce que touche Nicolas Sarkozy fait débat ». Je te vois venir, tu veux que je dise que les grands médias roulent pour le nain de l’Elysée. Mais non !

Revenons à notre affaire. Pour illustrer son propos, que fait la chaîne d’info du groupe Canal+ ? Publie-t-elle un sondage ? Une étude qualitative ? Un micro-trottoir ? Pas du tout. Et c’est là que j’ai dû faire effort sur moi même pour ne pas recracher mon café sur le plancher que j’avais nettoyé le samedi. Pour expliquer donc que la « sécurité est au cœur de la campagne », >Itélé fait son gros titre sur un « reportage » que Canal diffusera le soir même sur la possibilité de faire passer des armes dans un avion de ligne dans un aéroport de la région parisienne. Ne me demandez pas lequel, j’ai zappé.

A tout le moins, belle pub pour le reportage de la chaîne sœur. Roger Giquel et son célèbre « la France a peur » font encore des émules. Comme pour la phrase de l’ancêtre de Jean-Pierre Pernault, >Itélé ne s’embarrasse d’aucune précaution. Elle décrète que la sécurité revient dans les préoccupations des Français. Même le pourtant très racoleur Le Parisien, en titrant en une « la sécurité au coeur du débat droite-gauche », est plus mesuré sur le même sujet. Ou sur la même absence de sujet.

Pas plus que le halal, la sécurité n’est LE sujet de préoccupation des Français dans cette campagne. Le 6 mars, le quotidien Le Monde, bien connu pour ses sympathies trotskistes n’est-ce pas, expliquait :

« La grande majorité des enquêtes d’opinion effectuées depuis plusieurs mois montrent que les sujets économiques et sociaux (chômage, pouvoir d’achat…) restent les sujets principaux de préoccupation des Français. »

Actons que c’était avant les tueries de Montauban et Toulouse. Ben tiens, prenons le dernier sondage IFOP réalisé, en partie pendant ces tragiques événements. Que dit-il ? Horreur ! « Le chômage est la première préoccupation de 73 % des Français. » Si même l’IFOP trahit Canal, c’est là le vrai problème. D’autant que ce sondage a été réalisé pour le site ultragauchiste Atlantico. Je m’efface pour laisser la parole à Télé Paris… heu pardon… France télévision :

« Les thématiques économiques et sociales semblent les plus centrales dans les attentes des Français. La lutte contre le chômage arrive donc largement en tête des priorités que les sondés souhaitent voir traiter, devant l’éducation (56%), la santé (55%) et le relèvement des salaires et du pouvoir d’achat (54%). »

Que ce passe-t-il donc qui amène Canal+ à décréter, contre les évidences, que la sécurité serait le souci numéro un des Français ? Peut être faut-il chercher du côté du candidat de l’UMP, le président bientôt sorti, Nicolas le petit ? J’en reviens au Parisien qui précise en pages intérieures sa sa une pour titrer sur la réalité : « Sarkozy remet la sécurité au cœur de la campagne ». Voilà qui est bien plus juste que les affirmations péremptoires de >Itélé. Quant au Figaro, si proche de la campagne de Nicolas le petit, il explique clairement : « Nicolas Sarkozy mise sur la sécurité pour rebondir ».

Reste la question : à quoi joue donc le groupe Canal+ ? Je ne parle ni du petit ni du grand journal. Les émission d’entertainment ne m’intéressent guère. Mais la nième boulette de >Itélé me laisse songeur. Une telle accumulation de bévues ne s’explique plus que par la volonté d’une ligne éditoriale. Le groupe Canal+ serait-il désormais rentré ouvertement en campagne pour Nicolas le petit ? C’est son droit. Mais qu’il ait l’honnêteté de le dire.

——————————–

Bonus vidéo : The Clash « Police and Thieves »