« C’est pas la crise pour tout le monde. » Cette phrase, qui ne l’a pas entendue voire même prononcée ? Alors que la revue libérale Challenges publie son classement des 500 plus grandes fortunes de France, au zinc, ce 11 juillet au matin, alors que j’allais me chercher mes clopes, ça parlait pas mal de cette affaire. Faut savoir, en plus, que le montant de leurs fortunes cumulées a cru de 25 % en un an pour atteindre le record de 330 milliards d’euros, soit 16 % du PIB de la France. Challenges précise encore que « un dixième de la richesse (produite dans notre pays est) entre les mains d’un 100 millième de la population ».

Le bourgeois et l'ouvrier

Ça vous choque ? Mais c’est l’essence même du capitalisme que l’accumulation de la richesse entre les mains d’une minorité extrême de la population et au détriment du reste. Le classement 2013 révèle même une nouvelle concentration du capital. Le commentaire de Challenges mérite une citation in extenso :

Concentrée, la richesse ? C’est encore pire que ce que vous pensez. Même parmi les 500 premières fortunes, il y a riches et riches : 445 millionnaires, dont le plus petit, cette année, affiche quand même 64 millions d’euros de patrimoine ; et 55 milliardaires, soit 10 de plus que l’année dernière. Et, parmi ces milliardaires, le Top-10. Des fortunes tellement élevées qu’elles jouent dans la catégorie des champions internationaux. (…) Ce Top-10 a une autre particularité : ses membres s’y enrichissent à un rythme beaucoup plus soutenu que les autres. En 1996, nos dix super-riches pesaient 20 milliards d’euros et 25 % de la valeur totale des « 500 ».

Les riches

Depuis quand les idéologues à carte de presse qui bossent à Challenges n’ont-ils pas relu Marx et Engels ? Ce truc de redécouvrir la lune à chaque fois, quand même, ça devient lassant.

Mais ce classement 2013 est surtout une confirmation de l’évolution du capitalisme. Il lui faut s’affranchir de la production et surtout du marché intérieur pour croître. Il suffit d’observer les courbes respectives du taux de profit et du taux d’investissement dans l’appareil productif. C’est ce que nous appelons la financiarisation. J’en ai déjà parlé au travers des mutations opérées à la schlague en Espagne. Challenges ne dit pas autre chose : « Aujourd’hui, pour prospérer, mieux vaut dépendre du portefeuille des étrangers que du pouvoir d’achat des Français. » Illustration de l’affaire, a contrario celle-ci, la famille Peugeot, actionnaire principal de PSA, a vu sa fortune baisser de 70 %.

Courtesy of Politeeks.info
Courtesy of Politeeks.info

Pour en revenir aux faits, d’aucuns pourraient trouver incompréhensible que les riches s’enrichissent autant et aussi rapidement alors que nous serions en crise. Sauf que… Sauf que, primo, la crise ne concerne pas les grandes fortunes, l’oligarchie. Ce que pointent les libéraux de Challenges, et je les rejoins, c’est la déconnection entre production de richesses et productions (et donc vente) de biens. De plus, la crise constitue, au contraire, une opportunité de croissance pour la bourgeoisie. C’est ce moment où la fragilisation du système accroît la faiblesse des entreprises lesquelles sont rachetées à vil prix par les plus gros pour être revendues avec une très forte plus-value.

Enfin, il faudrait d’abord et surtout qu’il y ait objectivement une crise. Fin octobre 2011, j’écrivais ce que je pense de cette affaire, en revenant encore une fois aux fondamentaux. Le capital, comme l’a précisé Marx en son temps, a besoin d’organiser – voire de créer – ses propres crises pour se restructurer en permanence. Cette restructuration a pour nom « concentration » dans un univers qui n’a de concurrentiel que le nom.

Le capitalisme vu par Georges Grosz

A croire que tout a été organisé pour que les banques disparaissent, absorbées de manière darwinienne, par les plus grosses. L’autre aspect de cette restructuration demeure la conquête de nouveaux marchés. Aujourd’hui sont pointés les pays qui conservent encore un service public fort : la Grèce était en première ligne. L’accompagnement des fameux « plans de sauvetage » se traduit par la vente forcée des entreprises hellènes nationalisées.

Comme le dit mon ami et néanmoins éditeur Bruno Leprince, « le mot « crise » n’a aucun sens pour donner un contenu à la situation que nous vivons. Le combat qui se mène est celui d’un rapport de force entre le pouvoir financier et la politique. Jack London, dans son livre Le Talon de fer, paru en 1906, prévoyait que sans une mobilisation « révolutionnaire » de la société, le capitalisme financier l’emporterait. »

El Greco Jesus chassant les marchands du temple

C’est très précisément ce qui continue à se produire en ce moment même et qui explique la croissance obscène de la richesse accaparée par les 10 plus grosses fortunes françaises. Une croissance qui se réalise aussi sur le dos des plus pauvres. Nous sommes bien, désormais, dans ce que les marxistes ont mis en lumière comme la « crise des ciseaux » : les riches s’enrichissent de manière absolue pendant que les pauvres s’appauvrissent de manière toute aussi absolue.

C’est ce que révèle Localtis, le quotidien d’information des collectivités locales mercredi 10 juillet« Alors que jusqu’en 2008, les inégalités augmentaient du fait de l’envolée des hauts revenus, depuis la crise, elles se creusent avec une baisse des bas revenus, selon une étude du Compas réalisée dans les 150 plus grandes villes de France. Dans dix communes, la baisse de revenu des 10% les plus pauvres a été supérieure à 25 % entre 2008 et 2011. » Fermez le ban.

——————————

Bonus vidéo : Anti-Flag « Kill The Rich »