L’hôpital français est malade. La tarification à l’acte, la fameuse T2A, qui encourage la course à la rentabilité, l’a encore fragilisé. On ne compte plus les victimes de cette nouvelle épidémie qui s’ajoute à une pandémie appelée « austérité ». J’ai souvenir en 2008-2009 d’une bataille homérique pour sauver l’hôpital de Juvisy-sur-Orge. A présent, c’est une association avec cinq établissements qui est entrée aux urgences : l’Association Ambroise-Croizat, issue du syndicalisme de la métallurgie. Cette association gère la maternité des Bluets (hôpital Pierre Rouquès), le centre de santé Fernand Lamaze ainsi que trois centres de rééducation professionnelle et sociale pour les personnes porteuses de handicap : les centres Suzanne-Masson (Paris 12e), Jean-Pierre-Timbaud à Montreuil (93), Louis-Gatignon à Vouzeron (18).

Maternité des Bluets en danger

L’hôpital des Bluets présente aujourd’hui un déficit cumulé de 6,3 millions d’euros et un découvert aggravé, cette situation engendre un risque imminent de cessation de paiement pour l’ensemble des établissements. Selon les salariés de l’association, « le déficit est la conséquence de la politique de la tarification à l’acte (T2A) qui nous est imposée depuis 2004 ». L’Association Ambroise Croizat est menacée de liquidation avec les conséquences que l’on peut imaginer pour les 600 salariés qui accompagnent 3 000 bébés et leurs mamans et les 650 stagiaires en situation de handicap.

En 2012 l’Agence Régionale de Santé (ARS) a promis une aide, sous condition d’une réorganisation de l’hôpital. Si la réorganisation entreprise ajoutée à une première aide de 1.2 million d’euros a permis un résultat positif de 260 000 euros pour 2012, elle n’a pas suffi à résorber le déficit. Sans cette aide de l’ARS, l’exercice 2012 aurait subi de plein fouet la T2A et engendré un déficit supplémentaire de plus 800 000 €, ce qui démontre bien les méfaits de la politique de la tarification à l’acte. Le syndicat CGT du personnel de l’association dénonce : « Cette tarification à l’acte nie la qualité de l’accompagnement des familles qui a fait la notoriété des Bluets, notamment l’accouchement sans douleurs ».

Maternité des Bluets

Cette tarification inique limite la valorisation de la décision (ou non) de grossesse au seul geste médical sans reconnaître la spécificité de cette maternité réputée dans toute l’Île-de-France pour la qualité de ses pratiques. L’hôpital des Métallos propose en effet : une prise en charge à la fois médicale, psychologique et sociale ; une durée de séjour au plus près de l’accompagnement des parents ; un accompagnement spécifique des couples migrants ; un Centre de Planification et un service d’Orthogénie ; un Centre de Procréation Médicalement Assistée parmi les 12 plus importants mais avec un très bon taux de réussite… Ces dispositifs a permis à l’association d’obtenir le label Amis des Bébés décerné par l’organisation mondiale de la santé. C’est la seule maternité d’Île-de-France à avoir obtenu une telle reconnaissance.

Sollicitée une nouvelle fois, l’ARS vient de faire part  de ses 67 préconisations pour « sauver » la maternité. Si certaines d’entre elles « pourraient être les bienvenues », selon les dirigeants de l’association, comme « Monter le projet de maison de naissances », d’autres vont directement à l’encontre des valeurs de l’établissement :

  • Poursuivre la hausse des activités obstétricales en ciblant 3 200 accouchements par an à l’horizon 2015 ;
  • Faire de l’établissement un site pilote dans le cadre des expérimentations en cours sur les hospitalisations à domicile et les retours précoces ;
  • Louer des plages de bloc opératoire inoccupées à des chirurgiens libéraux.

Formation à l'association Ambroise Croizat

Les salariés, eux, proposent :

  • la reprise du déficit cumulé de 6,3 millions d’euros de la maternité par les pouvoirs publics pour permettre à l’association Ambroise-Croizat d’assurer sa mission au service du public aussi bien pour la maternité que pour la formation professionnelle des adultes en situation de handicap ;
  • l’abrogation de la tarification à l’acte et de la loi HPST avec l’ensemble des maternités à but non lucratif, des syndicats, des associations de défenses des hôpitaux publics et des usagers.

Ils manifesteront jeudi 6 juin à 13 heures
devant le siège du ministère des Affaires sociales et de la Santé,
14 rue Duquesne, 75007 Paris (métro Saint-François-Xavier).

Militant communiste, syndicaliste, ministre créateur de la Sécurité sociale
Militant communiste, syndicaliste, ministre créateur de la Sécurité sociale

Signez aussi la pétition de soutien à l’association Ambroise-Croizat.

 ———————————

Bonus vidéo : Metric « Monster Hospital (MSTRKRFT Remix) »