Rue de Solférino, mardi 9 avril, 18h17.

Harlem D. : Chères et chers camarades, je propose d’ouvrir les travaux du bureau national. Je vous informe que notre camarade Gérard Filoche sera absent, excusé. Il remplit la mission que nous lui avons confiée pour empêcher nos électeurs de basculer au Front de Gauche. Martine Aubry fait la gueule. Jérôme Guedj est en retard. Nous sommes 33, plus un excusé, une qui fait la gueule et un en retard, le quorum est atteint.
Je vous propose d’exclure le camarade Jérôme Cahuzac. Jean-Marc m’a communiqué une proposition de texte que vous trouverez sur table.

(Sous haute protection policière)
(Sous haute protection policière)

Karine B. : Heu, Harlem… Pardon, mais… On est pas assez grands pour écrire nos propres communiqués ?

Patrick M. : Je suis d’accord avec Karine. Quand j’étais à la MNEF…

Harlem D. (le coupe brutalement) : Patrick, je ne suis pas sûr que ce soit vraiment le moment de rappeler ce genre d’épisode. Pour ce qui est du communiqué, je rappelle que Jean-Marc est membre du parti et qu’il est plutôt gentil de sa part de faire du boulot pour nous en épargner. Donc, des remarques sur le texte ?

Karine B. : Oui… Ne devrions-nous pas parler de Guérini aussi ?

Harlem D. (gêné) : Oui… Enfin… Il est suspendu je crois… Ca concerne surtout les Marseillais, en fait. Patrick, un avis ?

Patrick M. : On devrait consulter Stéphane Fouks, non ?

Jean-Christophe C. : Bonne idée, je suis pour.

Harlem et Jean-Marc

Julien D. : Je suis pour. Je vous demande de m’excuser, je dois partir, j’ai une note de blog à écrire.

Harlem D. : OK Julien et merci d’être passé. Donc, Cahuzac exclu à l’unanimité. Bon, on passe à l’ANI ?

Pascal C. : Je demande la parole.

Harlem D. : Tu l’as Pascal. Si tu peux éviter une sortie sur le président de conseil général, ça me reposerait. Ca nous reposerait tous…

Pascal C. : Je m’excuse mais, faut me comprendre, les cosaques du Front de gauche font plus de 10 % dans mon arrondissement…

Harlem D. : Organise une réunion avec Gérard sur l’ANI… Tu verras ça ira mieux après.

Pascal C. : Mais arrête ! Il croit à ce qu’il dit. J’en ai encore discuté avec lui.

Harlem D. : C’est ce qui le rend encore plus efficace. Sinon, traite-les d’antisémites, ça détourne l’attention. Bon, tu voulais dire quoi sur l’ANI ?

Des pommes, des poires, et des Solfériniens

Pascal C. : Je demande l’exclusion des 6 députés qui ont voté l’ANI contre cet après-midi.

Bruno L. R. (ouvre un œil) : Hhhhmmmmm….

Harlem D. : Oui, Bruno ? Un avis ?

Bruno L. R. (la voix pâteuse) : Je suis contre. D’accord, personne n’est obligé d’être membre du groupe. Je l’ai dit. Mais on a fait un choix, faut s’y tenir. De temps en temps, faut brandir la menace mais pas plus. Déjà qu’il faut exclure Jérôme… On n’aura bientôt plus personne si ça continue. En plus, on est obligé de refuser des adhésions.

Marianne L. : C’est quoi le choix qu’on a fait, déjà ? Pardon, mais j’étais pas là la dernière fois…

Jean-Christophe C. : Ni la fois d’avant, ni celle encore avant, ni… On sait Marianne. Je croyais que le mardi, tu avais bureau municipal à Evry…

Marianne L. : Ben, j’avais shopping sur les Champs avec des copines cet après-midi. Du coup, je suis passée faire une bise.

Jérôme C et Harlem D

Harlem D. : Bon, bon… On a dit qu’on tenait tout l’arc électoral : de la droite, grâce à ton ancien maire, jusqu’à l’extrême-gauche avec Filoche. Du coup, nous sommes la majorité, l’opposition de droite et l’opposition de gauche.

Marianne L. : On est la gauche aussi ?

Pascal C. : Oui, je suis là.

Karine B. : Pascal ! Arrête de tirer la couverture à toi ! La gauche, on avait dit que c’était moi.

Pascal C. : Ferme-la Karine. T’es même pas députée.

Harlem D. (las, soupire) : Vous voulez pas faire une réunion de motion pour régler ça entre vous ?

(Karine B. et Pascal C. se lèvent et quittent la salle.)

Harlem D. : Bon, nous arrivons à la fin de l’ordre du jour.

Ségolène Royal et le balai

François R. : On ne parle pas du truc de Méluche ? La 6e République, le coup de balai… C’est grave quand même…

Harlem D. : Ce qui est grave, c’est que Ségolène en ait parlé y a longtemps. Bon, d’accord, les Français ont la mémoire courte. Je ne vais pas faire mon général de Gaulle mais quand même… Bref, dis à ta copine de faire disparaître les traces sur le net.

François R. : Tu sais bien qu’elle n’y connaît rien.

Harlem D. (tranchant) : Bon, fin des travaux. La semaine prochaine, je vous propose que nous accueillons comme invitée permanente la camarade Parisot qui est désormais libre de tout mandat au MEDEF. Au vu de l’aide qu’elle nous a apportée dans la rénovation de notre logiciel idéologique, cela me semble naturel qu’elle siège dans nos instances.

Marie-Noëlle L. (interloquée) : Où sont passés Pascal et Karine ?

Harlem D. (blasé) : Vous avez réunion de tendance pour savoir qui est la gauche au bureau national…

Marie-Noëlle L. : Oups, désolée… Je les rejoins.

Parti solférinien

Harlem D. : Bon, tout le monde est d’accord ? Je fais un texto à Laurence Parisot pour lui dire que c’est d’accord. Les travaux sont finis. Qui veut boire un apéro ?

(Harlem relève la tête. La salle est vide. Un coup de vent fait voleter un morceau de papier. Le silence règne. Harlem baille. Il regarde son téléphone portable, s’en sait et commence à rédiger un sms à l’attention de François H. : « C’est bon, nous sommes en ordre de bataille. Tout le monde a les éléments de langage. On devrait quand même reboucler avec Stéphane Fouks. Harlem »)

——————————–

Bonus vidéo : The Cardigans « My Favourite Game »