Ça tire dru à Montreuil. Et pas seulement aux abords des crèches et des écoles. Ce drame nous inspire à tous de la retenue et je relève, avec bonheur, que ce crime – qui n’a généré aucune victime – n’a pas été suivi des polémiques dont notre bonne ville a le secret. Je relève aussi qu’il n’a été suivi d’aucun de ces déploiements spectaculaires de forces de l’ordre que l’amère, depuis sa tour d’ivoire, ordonne à chaque mouvement populaire. Dans sa forteresse assiégée (le mot est d’un militant Europe Ecologie – les Verts), « celle qui n’est pas folle »Arthur Fontel) laisse pour une fois la police faire ce pour quoi elle est payée. On respire.

Evacuation du Méliès à Montreuil

Parce que les spectateurs qui ont voulu occuper le Méliès, pour donner un rebond à la lutte pour préserver le service public culturel à Montreuil après la reprise du travail par les agents communaux, ont eu droit eux à une évacuation manu militari, dans la grande tradition du pouvoir autoritaire et – disons-le – de droite. A telle enseigne que l’amère a changé de prénom pour se faire appeler Manuel. Donc, le cinéma le Méliès est toujours sous les feux de la rampe malgré les efforts de la majorité municipale pour mettre l’éteignoir sur ce dossier qui a vu son électorat la désavouer. Notons aussi, avant de passer à un autre sujet, que la Communauté d’agglomération Est-Ensemble a refusé de porter plainte, expliquant par là même qu’elle ne partage pas les accusations farfelues de l’amère à propos d’un prétendu détournement de fonds.

Depuis votre dernière chronique montreuilloise, il y a eu aussi des grèves importantes dans quatre services municipaux et une journée de grève générale touchant l’ensemble du personnel communal. Le mot d’ordre sur lequel tout le monde s’est retrouvé reste « respectez-nous ». Ce n’est pas une nouveauté pour celles et ceux qui ont suivi les arrêts de travail touchant plus de la moitié du personnel municipal en 2010 et 2012. Chaque fois à la même période et je soupçonne que c’est pour éviter des images terribles de décrédibilisation de sa propre politique que l’amère a supprimé le conseil municipal qui devait se tenir en février.

Les promesses intenables de l'amère

Ou sera-ce de la paranoïa ? Mais non, elle nous le répète à deux reprises :

Je ne suis pas folle !

Cela pourrait prêter à rire si les conséquences de son inconscience politique ne provoquaient autant de souffrances parmi les agents municipaux comme au sein de la population. Parce que l’amère, qui n’est pas folle, a encore trouvé le moyen de jeter les Montreuillois les uns contre les autres. Après avoir monté les habitants du bas contre ceux du haut (et vice versa), après avoir opposé les « bobos » aux « cocos », après avoir jeté en pâture une partie du personnel dont elle a la responsabilité à la population, la voilà qui joue les apprenties sorcières rue Paul-Bert.

Rue Paul-Bert à Montreuil

Là, dans une rue dont les habitants vivent dans des conditions économiques déjà difficiles, sans concertation aucune, elle impose à la schlague l’installation d’un village d’insertion rrom. Le résultat ne se fait pas attendre : des dérapages ont lieu, des propos que je condamne sont tenus. Elle aurait voulu que ça se passe mal qu’elle ne s’y serait pas prise autrement. De là à écrire qu’elle l’a fait exprès, ce serait de la folie. Et elle nous l’a bien dit : elle n’est « pas folle ».

Pas plus qu’elle ne l’est quand elle s’en prend à la patronne de son parti, Cécile Duflot qui a eu l’outrecuidance de laisser entendre qu’elle pourrait être candidate à la mairie de Paris. L’amère a eu alors cette saillie :

Cécile Duflot est très jeune, elle a un énorme avenir devant elle parce qu’elle est très bonne et très brillante, elle doit réussir ce qu’elle fait au gouvernement, c’est vital pour nous.

L'amère à la rue

En marge, elle fait donner son exécuteur des basses œuvres, Yves « Miracon » comme elle l’appelle affectueusement, pour imposer au conseil fédéral EELV une motion réclamant des listes communes PS-EELV partout. Montreuil vaut bien un n-ième reniement…

Le message a été reçu par le député fictif. Razzy Hammadi a bien affirmé, dans les colonnes de Tousse Montreuil, qu’il partira au combat avec l’amère en 2014. Mais cet engagement tiendra-t-il aussi longtemps que celui qu’il avait proféré devant les militants socialistes d’Orly en 2008 ? Je me suis laissé dire par un « cadre » de la fédération de la Seine-Saint-Denis du parti solférinien que le député fictif est aux abois. Le « parrain » du département, Claude B., le poursuit de sa vindicte et rêve de l’exécuter. Conquérir une ville de plus de 100.000 habitants serait le seul moyen, pour Razzy H., de protéger sa petite existence politique.

L'amère et Duflot les ambitions antagonistes

Montreuil vaut bien un n-ième reniement public.

* * *

Bonus propagande : N’oubliez pas le Bilan de mandat parvenu dans les boîtes aux lettres de Montreuil juste avant les restrictions légales sur la propagande municipale.

L'amère comme une fleur

* * *

Bonus radio : Dimanche à 17 heures, je tiendrai la Radio du peuple sur les ondes de Radio pays (93.1FM en région parisienne ou sur www.radiopays.org). D’ici là, vous pouvez ré-écouter le précédent épisode.

La Radio du peuple – épisode 4 by Nathanael Uhl on Mixcloud

——————————————

Bonus vidéo : Interpol « Stella Was A Diver And She Was Always Down »