Je vous demande de vous arrêter de vous moquer. Oui, vous, là ; amis lecteurs et lectrices, je sais bien que vous vous gaussez de cette pauvre rouquine. Et c’est mal ! L’amère est une femme seule, qui souffre, abandonnée chaque jour un peu plus. Voilà même qu’un conseiller municipal de la minorité, mon ami par ailleurs, Gaylord Le Chequer, lance une pétition au motif qu’elle serait encombrante. Gaylord, je te le dis en toute amitié, ce n’est pas bien ce que tu fais. L’amère est une femme seule.

Oh certes ! La propreté des rues montreuilloises paraît bien être l’échec cinglant de l’amère. Et alors ? Si c’était une manière de respect de la biodiversité en milieu urbain ? Avez-vous pensé à cela ? Hein, je vous le demande, à vous les moqueurs ! Ah… Vous me dites que la biodiversité est absente des discours de la rouquine ? Que c’est dommage pour une élue écologiste… Ah… Je m’en vais mettre mes fiches à jour. C’est vrai que, depuis que je reviens très fréquemment à Montreuil (j’en reparlerai ailleurs), je n’ai guère l’heure d’ouïr la grande absente de la ville. Mais faut la comprendre : elle n’a plus de plume. Ni de soutien. L’amère est une femme seule.

Son chef de cabinet est parti. Ses collaborateurs de l’ombre, dont le nombre faisait passer le maire passé pour un économe, sont passés chez l’Ennemie Cécile Duflot où les rejoint la propre attachée de presse de l’amère. Vu comment la rouquine traite ses collaborateurs, tu me diras… Il n’y a que celui qu’elle appelle affectueusement « Miracon » qui reste cramponné à son poste comme une tique à un chien grabataire. En même temps, depuis le départ du grand timonier Archimbault, il manquait un capitaine dans l’équipe. Faut pas chercher du côté des élus de la majorité, lesquels ont autant de jugeote que de vocabulaire. Le dernier qui gardait un peu de lucidité a disparu corps et bien, entraînant dans son sillage un blog éponyme de ce feuilleton. L’amère est une femme seule.

La semaine passée, elle l’a mesuré à la Communauté d’agglomération Est-Ensemble, laquelle regroupe outre Montreuil huit autres villes. Le président Kern démissionnant pour cause de municipale difficile en préparation, il fallait le remplacer. La rouquemoutte a cru pouvoir en profiter pour évincer celle qui fut sa meilleure amie : Mouna Viprey, chef de file des Renégats socialistes montreuillois. Mouna Viprey, apparentée socialiste, siège comme vice-présidente de l’Agglo Est-ensemble en tant que représentante de Montreuil. Elle y a été désignée par l’amère au temps où les deux s’entendaient comme larones en foire. Mais ça, c’était avant. Dans notre ville, Mouna siège dans l’opposition depuis 2010. Mais elle est, apparentée socialiste, dans la majorité à Est-Ensemble. Malgré crises de larmes, suspensions de séances, cris et trépignements qu’un enfant de 5 ans ne renierait pas, l’amère n’a pas réussi à avoir la tête de Mouna Viprey. N’est pas Salomé qui veut. L’amère est une femme seule.

Même au sein de son parti, elle se prend des avoinées. Le conseil fédéral d’Europe Ecologie-Le Vide vote à plus de 70 % contre le TSCG. L’amère voit la lumière : elle se prononce pour et propose une motion de soutien quand les élus du Front de Gauche propose une motion de rejet du dit traité. Arrive le conseil municipal du 27 septembre. Et là, que ce passe-t-il ? Vote ? Motion contre motion ? Un vrai affrontement politique sur le fond ? Nan, nan, nan. Arguant que les élus n’ont pas réussi à se mettre d’accord, elle retire les motions de l’ordre du jour. « Si vous n’êtes pas d’accord avec moi, vous n’aurez pas la parole ! » Je me rappelle encore Gilles Robel mirant ses yeux vides dans mon regard de taupe à quelques encablures de l’hôtel de ville en février 2008 avant de s’exclamer, hystérique, la voix montant dans les aigus : « Les staliniens hors de la mairie ! » Il y a quelques jours, un militant EELV qui a longtemps travaillé dans les mairies communistes me glissait à l’oreille : « C’est hallucinant. Depuis qu’elle est en mairie, on croirait une municipalité coco des années 80 ». Heureusement, il reste la comm. L’amère est une femme seule.

« Bide répétita » est (c) un chroniqueur de ce blog. Devineras-tu lequel ?

Même les habitants la boudent. Je crois que c’est une sorte de retour à, l’envoyeuse pour celle que l’on ne voit dans les rues qu’à l’occasion des élections municipales. En témoigne la deuxième édition du Montreuil In, en français, le temps d’accueil des nouveaux habitants. Je vais laisser la place aux Renégats socialistes montreuillois qui narrent fort bien le bide :

La municipalité avait annoncé fièrement s’attendre à accueillir quelque 1500 Montreuillois. Malgré ce luxe de communication et cette organisation redoutable patatras…cette deuxième édition du « Montreuil In » fut à l’égal de la première : poussive et quand même un peu humiliante pour la maire. D’ailleurs, cette dernière eut du mal à cacher sa déception lors de son discours, qui ressemblait plus à une réunion de service avec des agents municipaux pris en otage qu’à une adresse joyeuse à une population nombreuse. La maire a ainsi excusé l’absence des Montreuillois en expliquant qu’à cette heure, ils lavaient les enfants avant de les mettre au lit.

Ce n’est pas mon habitude de me moquer des collègues mais là…

Ce n’est pas parce que je crois reconnaître la plume d’un chroniqueur irrégulièrement périodique du Cri du peuple que je les cite, c’est parce que le récit entier est drôle. Ce qui l’est moins, c’est que l’amère est une femme seule.

Maintenant, les moqueurs, je vous demande de vous arrêter.

Quant à moi, je vous retrouve dimanche à 17h sur les ondes de Radio Pays, 93.1 sur la bande Fm ou en streaming sur leur site pour ma première chronique montreuilloise audio. C’est dans 93.100 FM Michto ma radio. On parlera aussi de PSA.

———————————-

Bonus vidéo : Janis Joplin « A Woman Left Lonely »