A Montreuil, une élue de la majorité insulte le personnel de « négro de service » (tout va bien a part ça)

Voilà ce que chacun a pu lire mercredi 19 juin sur les réseaux sociaux. Renseignements pris, une élue de la majorité s’est rendue au service Etat-civil de la mairie de Montreuil pour s’enquérir de l’avancement de son passeport. Quand elle a entendu qu’il lui faudrait patienter 3 semaines pour l’avoir, elle se serait emportée et aurait qualifié l’agent avec lequel elle s’entretenait de « négro de service ».

Y a conseil municipal à Montreuil ce soir

Plus tôt dans le mois, le 6 juin, un conseil municipal a eu lieu. Il a été l’occasion d’une nouvelle empoignade qui a bien failli virer à l’affrontement physique. Alors que les soutiens au cinéma municipal Le Méliès s’apprêtaient à déployer une banderole de manière pacifique, un agent communal, chargé de mission auprès de la direction générale des services, a tenté de l’empêcher, piétinant puis s’asseyant sur la bande de tissu. D’autres proches de la municipalité se sont emportés tentant de frapper leurs opposants. Mais sur twitter, les proches de l’amère imputent la violence aux membres de l’opposition. Pour parfaire le scénario, un des militants EELV incriminés dans les brutalités a été déposer une main courante.

 

Scène ordinaire au conseil municipal de Montreuil. Le 20 décembre 2012, c’est un adjoint de l’amère qui aurait pu frapper l’élu d’opposition Alexandre Tuaillon, en marge de la séance. Il a fallu l’intervention d’agents de surveillance de la voie publique (ASVP) pour éviter au frêle Alexandre de finir avec un œil poché au bas mot. Je ne reviendrai donc pas sur cet épisode de décembre 2010 au cours duquel des militants du NPA se sont fait molester par un membre du cabinet de l’amère sous les encouragements de Toutpetitjean.

Montreuil sous violence

C’est dans ce cadre que s’inscrit la triste histoire des ASVP jetés en pâture à la presse par l’amère et son équipe. Ils ont été mis en cause dans des violences envers des représentants des médias quelques semaines après avoir brutalisé mon ami Franck Boissier. Nous avons « appris » à l’occasion de la plainte d’un journaliste que les ASVP étaient équipés de bombes à gaz lacrymogènes – celles même dont les régimes autoritaires font un usage fréquent, comme en Turquie. A écouter l’occupante légale de l’hôtel de ville, elle aurait découvert le pot aux roses à ce moment-là.

A toutes fins utiles, la constitution d’une « brigade d’intervention » a été évoquée en comité technique paritaire, l’organisme où siègent les élus municipaux et ceux du personnel. Donc, de deux choses l’une : soit l’amère ment, soit il y a un sacré dysfonctionnement dans la chaîne hiérarchique au sein des services municipaux de Montreuil. Et l’amère devrait s’interroger sur les compétences des collaborateurs dont elle a choisi de s’entourer, ce jusqu’au plus haut niveau…

Dominique Voynet vient de se rendre compte qu'elle devrait parler aux Montreuillois

Quoi qu’il en soit, elle a réussi à se faire attribuer une légion d’honneur qui lui sera remise le 26 juin prochain. Le jour même où elle va inaugurer la place Aimée-Césaire (la nouvelle place en face de la coquille vide qui a pour nom « Nouveau Méliès »). Coût des festivités estimé aux environs de 70 000 euros selon des sources internes. La Garde des Sceaux Christiane Taubira devrait apporter son onction à une maire qui fait violenter ses opposants et s’assoit sur la loi républicaine. De quoi nourrir le sentiment d’impunité de l’amère et de ses proches, lesquels mordent – à chaque fois –la ligne rouge qui sépare la légalité d’un autre domaine de l’action publique, hautement répréhensible.

Mais nous avons bien compris que la victime c’est elle. Elle a décidé de nous raconter l’histoire à sa manière. Je vous la résume :

« Je suis la chevalière blanche qui veut faire passer Montreuil dans le 21e siècle. Chaque fois que je fais un pas dans cette direction, je trouve des méchancetés commises par les forces du passé (entendez « Jean-Pierre Brard et ses amis »). Je mets à jour ces vilénies et les forces du passé s’unissent contre moi parce que je veux faire le ménage. »

Voynet se rend à l'hôtel de ville

Fermez le ban. L’histoire est belle n’est-ce pas ? Las, chacune de ces « vilénies » mises à jour se terminent par… rien. Les « détournements de fonds au Comité des œuvres sociales » ? Dans la corbeille du procureur qui en aurait pourtant été saisi. La « caisse noire au Méliès » ? La fameuse enquête interne menée à charge contre Stéphane Goudet ne contenait, de l’aveu même de ses accusateurs, aucun motif pour le licencier. Et j’en passe et des meilleures…

C’est cette histoire que j’ai tenté ici de démonter, sur le ton de l’humour caustique, pièce par pièce. L’écriture de ces Chroniques m’a été beaucoup plus difficile que vos rires à leur lecture ne le laissent croire. Pour ce qui me concerne, l’amère ne me fait pas rire. Voir la ville que j’aime trainée dans la boue suite à l’incurie, à l’amateurisme coupable, de l’amère et de sa clique me rend profondément triste. J’ai donc choisi de clore ce cycle pour me consacrer à l’action politique avec Montreuil Avenir, où j’ai désormais la responsabilité du projet. L’humour ne la fera pas partir, l’action politique – je l’espère – si.

Négociations PS EELV à Montreuil

Merci de m’avoir lu et d’avoir contribué au succès de ces Chroniques.

*

*  *

Bonus de fin reloaded :

Ne pouvant vous laisser ainsi, sur une note un peu grave, je vous livre la dernière rigolade qui agite le landerneau montreuillois. Jean-Pierre Brard et son équipe de Ma Ville j’y crois se répandent dans la ville pour se présenter, face à l’amère, comme le seul recours. C’est connu.
Le député-maire doublement sorti aurait, de sources bien informées, répandu la rumeur que le Front de gauche se rallierait à lui et que Patrice Bessac serait son dauphin. Or, mardi 18 juin, nous apprenions qu’il avait aurait aussi proposé le poste de premier adjoint à Mouna Viprey et qu’elle aurait accepté. Un accord que l’intéressée, jointe par téléphone, dément. Pas rancunier, lors de la fête du quartier Jean-Moulin, le dépité sorti n’a pas tari d’amabilités envers son ancienne rivale. Du côté d’Elire Montreuil, ces assauts de gentillesse finiraient par devenir gênant si j’en crois mes informateurs.
Je me suis astreint à passer ce paragraphe au conditionnel puisque le dépité sorti m’a menacé, les yeux dans les yeux, de m’assigner en justice pour ce qu’il considère comme une « insulte ».
Entre l’amère et lui, nous avons deux comiques de haute volée. Comme quoi, vous n’avez pas besoin de moi pour rire aux éclats. Donc, à bientôt sur le terrain.

Jean-Pierre Brard et Dominique Voynet

* * *

Bonus audio : Ré-écoutez l’épisode 6 de la Radio du peuple

La Radio du peuple – épisode 6 by Nathanael Uhl on Mixcloud

———————–

Bonus vidéo : Kanye West « Hold My Liquor (Feat. Chief Keef) »