Ah, vous ne connaissez pas Michaël Moglia ? Vous n’avez donc pas su que ce président de la commission des Finances du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais a quitté le Parti socialiste hier ainsi que son groupe PS-EELV à la Région Ch’nord. Pour d’aucun, ce peut être une surprise que l’ancien secrétaire national du MJS, membre du Conseil national du Parti dit « sérieux », quitte le chaud abri de la rue de Solferino. Pour  avoir fait sa connaissance en 2006, je ne suis pas surpris. C’est une logique, une cohérence, que je salue et qui m’amène à vous présenter un ami politique.

 

Mais d’abord, il faut savoir pourquoi Michaël Moglia démissionne du Parti dit « sérieux ». Après huit années de mandat régional, pendant lesquelles il n’a cessé de dénoncer l’austérité et les coupes budgétaires imposées au nom de la réduction des déficits publics. Cette figure des gauches du parti dit « sérieux » a donc poussé jusqu’au bout sa logique politique : le fond -la lutte contre l’austérité pour répondre aux attentes du peuple- exige une rupture. Il faut noter que cette démission intervient aussi après le congrès de Toulouse, au cours duquel la gauche du PS a connu un score plus que décevant, sanctionnant l’ancrage de Solférino sur les rives du social-libéralisme. C’est aussi ce constat qui a motivé le départ de Michaël.

Michaël Moglia, je le connais donc et je ne suis pas surpris. Si nous avons souvent eu des désaccords sur la manière de faire, nous nous sommes la plupart du temps retrouvés sur le fond politique. De 2005 à 2006, j’ai été un peu militant de Rénover Maintenant. Avec quelques camarades, j’écrivais alors, pour expliquer, mon choix de rejoindre ce courant :

Aujourd’hui, face à la synthèse opportuniste réalisée au Congrès du Mans pour interdire aux militants et aux électeurs d’affronter les vraies questions de la rupture avec les directives de Bruxelles les plus anti-sociales, de la défense des conquêtes des gouvernements de gauche et de l’abrogation des principales réformes du gouvernement actuel de droite, il est absolument nécessaire de regrouper rapidement tous les courants et militants qui veulent aller vers un parti socialiste capable d’assumer en 2007 la direction d’un gouvernement de reconquête sociale et politique, avec et pour le peuple.

Quelques mois plus tard, Arnaud Montebourg, leader de Rénover Maintenant, apportait son soutien à Ségolène Royal, trahissant en rase campagne Laurent Fabius autour duquel s’étaient rassemblées les gauches du parti socialiste d’alors. J’en ai conçu quelque mécontentement et c’est ce qui m’a valu de faire la connaissance de Michaël Moglia. Il était alors secrétaire général de Rénover Maintenant. En clair, pendant que le célibataire le plus célèbre du gouvernement d’aujourd’hui battait les estrades, Michaël faisait tourner la boutique. Lui aussi s’opposait à tout soutien à la Royal.

Sans plus de doutes quant à la position de Fabius, Michaël partageait avec d’autres, dont moi, l’idée que Fabius candidat à la présidentielle pour le PS en 2007, c’était le moins pire. Si j’ai choisi de tirer à boulets rouges sur la Maldone du Poitou et son nouveau porte-parole, Michaël a choisi une voie plus politique, probablement, travaillant sur le fond, rassemblant les troupes, créant du consensus parmi celles et ceux qui doutaient. Bref, il bossait, n’épargnant ni son temps, ni son énergie ; discret, efficace, sérieux. De temps à autres, il prenait son portable pour me passer un savon quand il trouvait que j’allais trop loin ou que mes positions un peu brutales nuisaient à notre cause commune. Mais sur le fond politique, il était déjà clair et cohérent. A gauche, pour de vrai.

 

Voici donc Michaël, en quelques mots, tel que je l’ai connu. Je lui envoie mon salut fraternel le plus chaleureux. Le courage et l’honnêteté dont il fait preuve – une fois de plus – méritent le respect. Bon vent mon ami, prend soin de toi camarade. Le plus dur, tu le sais, reste devant toi. Les broyeurs de Solférino vont se mettre en marche.

Bonus verbatim : Michael Moglia explique son départ.


Le conseiller régional Michaël Moglia quitte le PS par lepartidegauche

———————————

Bonus vidéo : Groove Armada « My Friend »