avril 16

Le 5 mai : ni à côté, ni avec… Contre l’extrême-droite !

Ainsi donc, comme le 6 février 1934, la droite fascisante et populiste entend prendre la rue et va – encore – tenter de jouer au coucou dans les cortèges de la gauche républicaine, laïque et progressiste. Ainsi donc, dans le rôle de chef des ligues, Frigide Barjot se voit bien seule sur scène, devant les projecteurs, pendant que les Copé, Mariton et consorts vont jouer les utilités pour celles et ceux qui appellent au « sang » et à la « guerre civile ». Ainsi donc, ils menacent de prendre en otage notre marche pour la 6e République. Le gant est jeté. C’est une insulte au camp du progrès social.

(graphisme Oskar K Cyrus)

(graphisme Oskar K Cyrus)

C’est aussi l’illustration d’un processus qui a suscité la colère légitime de mon ami Nicolas. C’est surtout l’illustration parfaite d’un processus de rapprochement entre la droite dite « parlementaire » et les factieux qu’avec Des Pas perdus nous avons dénoncé dès le lendemain de l’élection présidentielle. Après avoir observé finement les discours, les prises de positions en nous replongeant dans l’histoire, j’en suis arrivé à entendre les convergences entre les discours de Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy au soir du premier tour de la présidentielle. Les mots sont quasiment décalqués les uns sur les autres, au point que l’on a pu croire que Nicolas le Petit a copié puis collé les maux de la millionnaire pour rédiger son discours. J’ai écrit quelques jours après : « Nous assistons là à l’aboutissement d’une longue bataille idéologique initiée dans les années 1970 par la Nouvelle droite. »

La bataille autour du mariage et de l’adoption pour tous, émaillée de violences que nous sommes descendus dans la rue pour dénoncer, a encore fait craquer les rares digues encore debout. Les masques de respectabilité derrière lesquels avançaient les leaders de la #manifdelahonte sont tombés. Frigide Barjot, qui condamnait du bout des lèvres les violences de ses amis du GUD, en appelle au sang. Christine Boutin, hier camouflée en « gentille » démocrate-chrétienne, invoque la « guerre civile ». Et les deux convergent pour s’emparer de notre marche contre l’austérité et pour la 6e République à leurs fins haineuses.

Frigide Barjot cache mal le GUD

Elles sont aidées par l’atmosphère délétère entretenue par la succession des affaires Cahuzac, Le Pen, Péninque. Comme l’écrit mon ami Alexis Corbière, il y a des années 30 dans l’air :

Qui rappellera que ce sont des scandales judiciaires comme « l’affaire Alexandre Stavisky » qui accéléra la crise politique qui secoua la France des années 30 et qui fit le miel de l’extrême droite ? (…) Cette affaire fit éclater au grand jour les liens entre les milieux financiers et des politiques peu scrupuleux. Elle ébranla le régime. C’est en réaction à cette affaire que des ligues fascistes, mais pas seulement, manifesteront violemment vers l’Assemblée nationale le 6 février 1934.

De la manif pour tous à la manif de la honte

Mais le 6 février 1934, mentionné par Alexis, fut suivi du 9 février 1934, sur lequel j’ai déjà écrit. Les deux événements ont précipité, à l’initiative du Parti Communiste Français, la création du Front populaire, bientôt vainqueur des élections générales. Aujourd’hui encore, face à la menace fasciste, le Front de Gauche prend ses responsabilités et tend la main à la fraction modérée de la bourgeoisie. Pour défendre la République.

Si les tocards au pouvoir rue de Solférino reprenaient contact avec la réalité, ils comprendraient que notre marche du 5 mai est le seul rempart face aux divers avatars de l’hydre fascisante : de Mariton à la Barjot en passant par Copé et Boutin. Ils nous rejoindraient dans la rue, parce que c’est bien là, aujourd’hui, que tout se joue. Il ne s’agit pas de se faire peur mais de regarder la réalité telle qu’elle est.

Ca sent le progrès et l'amour ce truc

« A la fin, ce sera entre eux (l’extrême-droite) et nous (le Front de gauche) que ça se jouera », avons-nous martelé pendant la campagne. Au gré de ces accélérations de l’histoire que le mouvement nous réserve, il apparaît que la fin a bien commencé.

———————————

Bonus vidéo : Sonic Youth « Youth Against Fascism »

Mots-clés : , , , , , , , ,
Copyright © 2014. Tous droits réservés

Posted 16 avril 2013 by lecridupeuple in category Agir, Front contre Front, Militantisme

About the Author

Militant du Parti communiste français, Montreuil, Seine-Saint-Denis ; passionné de musiques ; supporter de l'Olympique de Marseille ; amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du Peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Fier d'être un #Blogchevik, membre de Place @ux blogs.

35 thoughts on “Le 5 mai : ni à côté, ni avec… Contre l’extrême-droite !

  1. Nicolas

    Stop au harcèlement fasciste
    Communiqué Sud-étudiant Tours
    Tours le 16avril 2013

    Depuis quelques temps l’université des Tanneurs est devenue le lieu de harcèlement, de provocations et d’intimidations répétés par des membres de droite et d’extrême droite à l’encontre de militants syndicaux, notamment sud-étudiant. Cela va de l’arrachage régulier de panneaux syndicaux au collage d’autocollants sur les portes du local en guise de provocations. Mais récemment, des militant-es de Vox populi se sont illustrés en provoquant ostensiblement les quelques personnes rassemblées devant Thélème qui discutaient suite à une projection sur l’accaparement des terres, organisée par le département de sociologie en lien avec des associations (CCFD, Artisan du Monde etc.). Faute d’avoir obtenu la confrontation attendue, ces militant-es ont poursuivi leurs actions politiques basées comme d’habitude sur la recherche du conflit physique en collant une nouvelle fois sur le local de sud-étudiant, mardi soir, provocant ce coup-ci une altercation et des échanges de coups. A priori, il se peut que certains des agresseurs ne soient pas même étudiants. Cette histoire révèle, avec celle de Malika, les pratiques informelles mais bien réelles de ces militants « identitaires ».
    Ces néofascistes, malgré leur propagande soigneusement contrôlée, visent bien à créer un climat de tension que nous considérons comme intolérable. Les images policées et la communication contrôlée n’y font rien puisque les discours et les pratiques de ces militant-es « identitaires » s’inscrivent dans la continuité du mouvement néofasciste qui désigne toujours comme ennemi-es les immigré-es, les militants-e du mouvement social et ouvrier et, dans le contexte actuel, les associations LGBT. Il s’agit de faire taire les militants-e du mouvement social en exerçant des pressions physiques sur leurs membres, susciter la peur en appelant par exemple à se constituer en milice pour faire régner l’ordre tel que le prouve leur communiqué à propos des formes d’insoumission et de révolte populaire dans les quartiers. Il s’agit de réprimer toutes révoltes, toute contestation, toute alternative possible à celle de l’ordre social présent qu’ils cherchent à renforcer en faisant mine de le contester.
    Nous appelons non seulement à la solidarité face à ce gouvernement qui inscrit sa politique dans la continuité de son prédécesseur (répression des ouvriers, répression des paysans et habitants à Notre Dame des Landes, casse du code du travail, expulsion des étrangers, etc.) mais aussi contre ces groupes d’extrême droite qui tentent d’utiliser la crise sociale et la campagne homophobe pour faire valoir leurs idées politiques tout en multipliant les provocations et les agressions physiques.
    Nous serons particulièrement attentifs aux réactions des autorités, en particulier universitaires face à ce type d’agissement.
    Soutiens : SOLIDAIRES 37, Alternative Libertaire 37, NPA 37, LDH 37, MJCF 37, Centre LGBT (Lesbien, Gay, Bi et Trans de Touraine), SUD Education 41, SUD Éducation 69, CNT-FTE , CNT, STRASS-syndicat du travail sexuel, OCML Voie Prolét

    Reply
  2. LHG

    « Si les autistes au pouvoir rue de Solférino reprenaient contact avec la réalité »…

    Merci de cesser d’utiliser le mot « autiste » comme une insulte. L’autisme est une différence neurologique qui a droit au respect.

    - un autiste de gauche (la vraie), qui ne se sent en rien solidaire du gouvernement bourgeois pseudo-socialiste

    Reply
      1. LHG

        Pas de problème. Je ne vous en veux pas. Mais peut-être serait-il en effet bon de modifier la phrase en question, afin de ne pas contribuer à véhiculer les préjugés qui ont encore trop souvent court sur notre condition, contre lesquels nous nous battons chaque jour.

        Les autistes sont bien plus ouverts sur le monde qu’on le croit. ;)

        Reply
        1. lecridupeuple (Post author)

          Ca y est, j’ai modifié.

          En fait, je ne peux vraiment pas tenir de propos délibérément insultant à l’endroit de personnes handicapées physiques ou mentales. Mon père était éducateur spécialisé et j’ai, en quelque sorte, grandi dans les couloirs d’un foyer d’hébergement pour Centre d’aide par le travail. Du coup, pour moi, une personne handicapée est une personne normale, dans mon système de références.

          Reply
    1. Nicolas

      Et pourquoi ne pas modifier le texte incriminé ?
      Sinon dans les signataires du CP : manque des syllabes : Prolétarienne (évidemment).
      Et pour infos : ce mardi une semaine jour pour jour nouvelle tentative d’agression au local de Sud Etudiant-es Tours : 6 contre 2 ; juste avant le rassemblement du printemps français.

      Reply
  3. Khakidu

    … « les autistes au pouvoir » ? ah parce que maintenant le handicap rend con ? je devrais pourtant le savoir, j’en suis affligée…

    Reply
    1. Khajidu

      Bon, je vois qu’un camarade a déjà fait la même remarque… (et je m’aperçois que je sais même pas taper mon pseudo ^^)

      Reply
  4. Liberatore

    La 6è République ne pourra être que comme les précédentes, c’est à dire la république des copains et des coquins sur le dos du peuple.

    L’extrême droite se nourrit du partage de la misère créée par tous les partis au pouvoirs depuis 40 ans.
    Il est temps d’en changer!
    Debout le peuple, fait de ce serment citoyen démocrate libre et digne ton engagement et ta volonté car les partis politiques ne pensent qu’à eux et spolient les travailleurs et tout le Peuple.

    La Démocratie, la Liberté et la Dignité personne ne doit les voler au Citoyen
    ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

    Dans notre société, le capitalisme excessif façonne notre vie. Nous vivons ensemble dans la compétition dure d’une économie de marché orientée, truquée et non supportable.
    La solidarité entre les humains diminue chaque jour d’avantage. A peine nous avons le temps et l’énergie de regarder le pauvre et le faible. Sortir de cette spirale inhumaine est votre but et celui de tout citoyen.
    Lorsqu’ une république n’est pas mesure d’assurer le bien-être de chaque citoyen et crée les plus grandes récompenses aux politiques, aux corps intermédiaires de l’Etat et autres, c’est de la décadence des représentants du peuple qu’il s’agit et de leurs principes corrompus. C’est pourquoi il n’y a pas de séparation des pouvoirs ni la garantie des Droits de l’homme et du citoyen exprimés dans la Déclaration du même nom non respectée, bafouée encore à ce jour et exposée pour la galerie, texte considéré fondamental dans notre pays dit de droit.
    - Assez de ces traditions politiques et religieuses divisant les citoyens pour faire oublier les problèmes de la population
    - Assez aussi de vouloir obtenir du sang et des larmes pour le peuple et les palais dorés, des décorations, des lumières et des feux d’artifice, intempérance et la luxure pour les politiciens et tous ceux qui sont cachés comme les banquiers, les multinationales et autres, dans cette période d’austérité décrétée par eux-mêmes.
    - Assez une fois pour toutes d’obéir à ces politiciens menteurs et incapables, sans contrôle du peuple et sans vergogne, qui pratiquent l’abus de confiance, d’extorsion de cotisations et d’impôts, qui font payer les citoyens pour leur compromission, collusion, concussion, les complots, la corruption et autres, les même politiciens qui donnent des leçons de morale, civisme, économie, finances, etc., faisant du citoyen un délinquant coupable et condamné à payer toutes les catastrophes, notamment d’ordre financier, à cause de la délégation des pouvoirs qui leur a été extorquée aux citoyens par le vote, à ces politiciens employés du
    peuple, qui ignorent le peuple, qui deviennent les patrons du peuple, qui s’accordent privilèges sur privilèges augmentations de leurs revenus et prébendes dans aucune responsabilité.
    - Assez d’entendre que le peuple est accusé de tous les maux pour justifier la crise : non compétitif, ne travaille pas, trop d’avantages sociaux, fraudeur, toujours malade, trop d’allocations, subventions etc.
    - Assez de cette démocratie meurtrière représentée par un parti ou une coalition de circonstances qui ne représente que 20% des électeurs piégés et contrôlent les autres 80% des citoyens qui se sont abstenus ou n’ont pas voté pour ce parti au pouvoir.
    Pourquoi continuer à se soumettre aux castes et oligarchies organisant l’oligapole, la fraude fiscale dans les paradis qui eux seuls fréquentent pour y mettre l’argent volé du travail du citoyen et des petites et moyennes entreprises, avant de fermer les activités, à s’adapter et de faire les mêmes erreurs quand nous avons beaucoup d’autres efforts à faire pour atteindre la presque perfection?
    Lorsque, après plus de 70 ans, les politiciens n’ont rien d’autre à proposer aux citoyens:
    «Je n’ai rien à offrir que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur», nous devons crier s’en est assez, nous battre pour le respect de nos parents et grands parents et pour l’avenir de nos enfants; lutter encore pour l’amélioration des acquis sociaux et non pour leur réduction ou disparition et le désir de vivre en se rendant utile en toute responsabilité, dignité et humanité. Non, le citoyen de toute catégorie sociale : indépendants, paysans, ouvriers, agents de maîtrise, cadres, etc., n’est pas une ressource pour le développement du capitalisme synonyme de cannibalisme, de chômage et de malheurs des familles ; il est l’auteur du développement et du progrès social et il doit en recevoir les bénéfices et non les pertes dont il est accusé à cause de la gabegie, l’incurie, le gaspillage, le gâchis de
    l’argent de la sueur du travail du citoyen par les politiques de tous bords, pour le payer aux riches spéculateurs qui deviennent de plus en plus riches et le citoyen de plus en plus pauvre même lorsqu’il a du travail.
    Non, la liberté, la responsabilité et la prospérité pour chacun ne sont pas des valeurs divisibles mais transmissibles.
    Non, ne pas voter, voter blanc ou nul n’est pas le renoncement de son droit de vote, mais l’expression de son mécontentement et la volonté de ne pas accorder la légalité aux représentants du peuple, payés par le peuple et devenus les patrons du peuple utilisant tous les moyens y compris la force publique contre le peuple s’il manifeste son désaccord.
    Non, nos élus n’ont pas la légitimé du peuple et ne sont pas légalement élus au regard de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, ce Citoyen trompé tous les jours.
    Si vous en avez assez des pratiques actuelles qui détruisent la cohésion de la famille et de la société, le bienêtre et la sécurité de chacun, acceptez les dix volontés exprimées dans le Serment de Citoyen.

    C’est le seul document venant du citoyen vers les politiques qui chaque jour réduisent la démocratie, la liberté et la dignité des citoyens, sans angélisme béat, naïf et non réfléchi.
    C’est le seul document avec lequel les politiques doivent compter ou se démettre ou être démis !

    SERMENT DE CITOYEN DEMOCRATE LIBRE ET DIGNE – Les 10 VOLONTES -

    Considérant que :
    - La vie nous est transmise et qu’elle est une espérance vers un avenir de noblesse de pensées, de passions, d’actions et de paix, de connaissances, de tranquillité, de bien être, de prospérité en toute responsabilité de chacun et de dignité pour éradiquer l’esclavage, la prostitution et la misère .
    - Le savoir, l’éducation, la convivialité, ne sont pas innés et s’apprennent pour une vie individuelle et en communauté riche et disponible pour le plaisir de recevoir et apporter, de participer au progrès sans lequel il n’y a pas de liberté, dignité et paix.
    - Nul ne doit porter atteinte à la vie et au bien-être de tout individu pour des motifs personnels ou de société, de capital et moyens de production, spirituels ou politiques, par soumission, allégeance, idolâtrie et autres. Les besoins vitaux dus au progrès social, l’hygiène e la santé font partie de la dignité humaine.
    – La démocratie représentative, le capitalisme d’Etat et les multiples organisations politiques couvrant de privilèges les aristocrates, castes et oligarchies, n’ont pour but que de prendre en otage les citoyens et détourner leurs pouvoirs à décider par eux-mêmes, de faire les lois, d’occulter la vraie Démocratie et autres, sont les causes de la corruption des gouvernants, de l’humiliation et des malheurs du Peuple taillable et corvéable à merci.
    - Le citoyen conscient de son utilité dans la société et des aspirations au bonheur pour chacun en fonction de ses moyens et connaissances, s’engage à les respecter sans idéologie, à les promouvoir et porter assistance, à ne pas créer ou encourager tout acte pouvant atteindre le rayonnement des valeurs humanitaires contribuant à la cohésion de la famille et de la société.

    Moi, Citoyen maître de moi-même et de ma destinée, déclarant solennellement la Liberté et la Dignité de la personne comme étant les principales qualités d’une Démocratie directe basée sur la responsabilité de chacun, prête serment.

    1- Je jure par Clisthène, fondateur de la première démocratie, par mes aïeuls outragés et opprimés par les tyrans, despotes et dictateurs de participer à la restitution de la liberté, de la responsabilité et de la prospérité pour chacun des citoyens acteur de l’économie et non comme ressource, à la restauration du pouvoir du peuple pour changer les institutions par l’égalité citoyenne, que je remplirai, suivant mes forces et ma capacité, l’engagement sous serment que je prends.
    2- Je mettrai au rang de représentant du peuple tout citoyen candidat indépendant de tout parti politique qui, une fois élu, prendra l’engagement de respecter le présent serment, au titre de citoyen et d’élu, ne commandera pas la force publique à son service ni contre le peuple, remettra ses actions au vote citoyen pour approbation au moins une fois par an et par référendum à son initiative ou à celle des citoyens à chaque fois que nécessaire et qui ne s’immiscera pas, directement ou indirectement, dans la vie privée de chaque citoyen et de sa famille.
    3- J’utiliserai la place publique appelée « Place de la Démocratie, de la Liberté et de la Dignité humaine » qui sera aménagée et organisée par une commission indépendante, élue par les citoyens afin de permettre à la population de s’exprimer pour la proclamation de l’organisation du référendum d’initiative populaire et y déposer la demande de référendum qui tiendra d’obligation de procéder pour l’élu qui y procédera, dans un délai d’un mois , dès que le nombre de deux pour cent des votants inscrits sera atteints.
    4- Je participerai toujours à l’épanouissement de la personne et à l’amélioration de la vie en commun, je partagerai mes connaissances, je pourvoirai aux besoins de la famille sans autre contrainte que son intérêt, j’apporterai mes moyens matériels, physiques et intellectuels au service du citoyen afin que la vie de chacun en soit améliorée, et en certaines circonstances, j’accepterai l’aide de la cité à qui je serai toujours moralement redevable.
    5- Je dirigerai l’action politique toujours à l’avantage de la personne seulement, non en faveur de toute institution ou administration ; suivant mes forces et mon jugement, je m’abstiendrai de toute injustice. Je ne remettrai à personne mon pouvoir de représentation par intérêt personnel autre que la santé et l’éloignement principalement si on me le demande, ni ne prendrai l’initiative d’une pareille suggestion.
    6- J’exercerai mon pouvoir de citoyen comme dans le respect d’autrui, de la justice et de l’indépendance totale.
    7- Je ne provoquerai pas d’élection stratégique en faveur de qui que ce soit et pour quelque motif que ce soit ; je ne pratiquerai que la participation aux élections suivant les vraies considérations d’intérêt public et mon vote ne sera entaché d’aucune hypocrisie.
    8- Je respecterai la dignité de toute personne, dans quelque maison que je rentre pour l’utilité des habitants, me préservant de tout méfait volontaire et corrupteur.
    9- Je ne ferai pas étalage de l’action citoyenne pour aider les familles dans la nécessité et je tairai ce qui n’a jamais besoin d’être divulgué, observant la discrétion comme un devoir en pareil cas.
    10- Je jure à mes descendants de préserver la Démocratie, la Liberté et la Dignité humaine de toutes mes forces ; de m’opposer à toute personne et/ou formation qui viserait de spolier le Citoyen de ses droits inaliénables, imprescriptibles et sacrés .

    Si dans l’honneur et la dignité je remplis ce serment, jouir heureusement de la vie sera mon but.
    Si dans la déloyauté et la trahison je me parjure, mourir dans la tristesse et le tourment sera mon sort.

    Reply
  5. gauchedecombat

    zut alors… Je sors du boulot, je balaie comme à mon habitude les infos, j’en fait un billet… Et je me rends compte un peu tard que nous avons travaillé le même thème… ben mon cochon ! Mais bon, mieux vaut marteler le message à plusieurs plutôt que seul… Faut que ça rentre dans le crâne des cabochards !

    Reply
  6. babelouest

    Bien sûr il ne s’agit pas d’autisme, mais de surdité volontaire, aggravée par les œillères et les gants de porc-épic. Être cabochard, ce n’est pas avoir de la suite dans les idées, c’est en avoir une toute sa vie, une seule, ce qui parfois est … un peu court. Si en plus c’est une idée haineuse….

    Reply
  7. Draeko

    Etre contre qqch est extremement réducteur. Personnellement, je veux etre pour qqch, pour un changement, pour une avancée, pour l’interet général. Et non pas contre un grain de sable.

    Reply
    1. Liberatore

      Alors, soyez pour le peuple à qui tous les jours d’avantage, les employés du peuple, ses représentants qui se prennent pour leur patron, lui enlèvent un peu de démocratie, de liberté et de prospérité. Lisez le serment citoyen et appliquez-le; vous verrez le changement sans la république incapable et corruptrice.

      Reply
  8. Draeko

    Je reprends la fin du texte : A la fin, ce sera entre eux (l’extrême-droite) et nous (le Front de gauche)

    Ce que je reproche c’est que nous devrions nous rassembler pour démonter l’oligarchie qui est en place depuis 200 ans mais au lieu de ça on se divise en s’affiliant a des partis politique et on se tape dessus pour savoir qui a la plus grosse. Et une 6eme république, pourquoi pas, mais pour faire quoi derriere ? une réélection d’un nouveau président pour repartir dans les meme travers du gouvernement représentatif ? prétendument démocratique ?

    Les gens ne sont pas pres pour ça, ils se désintéressent trop de la politique et principalement parce que la scene politique francaise se résume a des combats de coqs dans une cour de récré.

    Reply
    1. lecridupeuple (Post author)

      Je te suggère de relire « qu’ils s’en aillent tous », de Jean-Luc Mélenchon où nos réponses à tes questions sont bien écrites.

      Sache qu’il ne s’agit pas d’un concours de grosses ou pas grosses. Il ne s’agit pas de faire vivre un parti, d’ailleurs le Front de gauche n’en est pas un. Comme l’a résumé Marie-Georges Buffet, « le Front de gauche est un chemin ». Et je pense que tu te trompes quand tu affirmes que « les gens ne sont pas près » ou qu’ « ils se désintéressent de la politique ». Ils se désintéressent des arrangements entre partis mais ils s’intéressent fondamentalement à la politique qui a un impact quotidien sur leur vie. Pour être sur le terrain tous les jours, pour discuter avec des vrais gens, je peux te l’affirmer.
      Enfin, il y a une chose qui est claire : pour faire vivre la 6e République, nous devons abattre l’extrême-droite.

      Reply
  9. SOY

    Nous sommes face à une provocation : Frigide Barjot et sa clic menacent de prendre en otage notre marche pour la 6e République, même si l’actualité est GRAVE (attaque de tous bords par les fachos), face à cette menace fasciste et même si cela explique certaines positions du front de gauche, en réponse à votre article, NON JE n’accepte pas de tendre la main à la bourgeoisie (votre phrase « tendre la main à la fraction modérée de la bourgeoisie pour défendre la République ».
    Je répondrais PAS DU TOUT OU AVEC UNE TRES TRES GRANDE PRUDENCE. Je connais trop bien la chanson… ET la lutte des classes dans tout ça ????? Pendant que moi TRAVAILLEUSE, EMPLOYEE, qui sue jour après jour qui n’a jamais cru en cette bourgeoisie modérée justement, si bien représentée par notre gouvernement actuel qui n’a pas hésité à taper sur la gueule des travailleurs, (ouvriers de PSA et tant d’autres), alors je dis : je ne me ferais pas avoir une fois de plus !!!
    Tendre la main à la bourgeoisie modérée qui en retour me trahira en faisant passer des lois comme celle sur le pacte compétitivité, grosse blague !!! Et que penseront tous mes camarades qui se sentent abandonnés, lâchés qui souffrent de chômage, de misère et j’en passe…
    Je crois sincèrement que ce n’est pas une bonne méthode, tendre la main à la bourgeoisie c’est les décevoir, c’est leur tourner une fois de plus le dos et ainsi se sentant DOUBLEMENT abandonnés, n’auront aucun scrupule à se tourner vers le FN.
    MOI, je veux une 6ème république avec le pouvoir au peuple, une république autogestionnaire où les « gens d’en bas » auront le pouvoir de décision !!!!
    Alors OUI, dans la rue LE 5 MAI CONTRE LES FACHOS MAIS PAS SEULEMENT, CONTRE LE CAPITALISME, CONTRE L’AUSTERITE, CONTRE LA BOURGEOISIE. Pour ma part, les fronts républicains ne sont qu’illusion, seule,la lutte des classes, peut libérer les travailleurs de leurs chaînes…
    Pardon, si j’ai employé souvent le JE qui pourrait vous faire penser que je manque de modestie, mais ceci est mon idée pas forcément les idées des autres aussi, le nous, serait mal venu. Je n’ai pas la prétention d’avoir la capacité de mobiliser « les foules » en ma faveur, mais juste envie de dire ce que je pense sur la main tendue à la bourgeoisie.

    Reply
    1. Nicolas

      Je partage ton avis, je suis ouvrier dans le tertiaire et la bourgeoisie et ses valets, je la vois tous les jours à l’oeuvre et si de façon ponctuelle je peux m’entendre voire m’allier avec certain-es c’est qu’il s’agit d’individu-es contrôlé-es par la masse ouvrière que nous représentons.
      La seule solution par rapport à cette éventuelle provocation néofasciste c’est un solide service d’ordre ouvrier composé FdG/NPA pour les virer car ce sera bien plus facile que la prise d’assaut de la Mutualité en 1973…

      Reply
    2. ROUSSEAU Marc Travailleur électricien du BTP accidenté du travail Précaire

      Bravo! Complètement d’accord avec toi, ma camarade, ça fait chaud au coeur des réactions comme les tiennes, y’en a pas assez, bravo, moi aussi, hors de question de « tendre » la main à la bourgoisie meme modérée! je crois que la majorité d’entre nous veut pas qu’on nous mette encore et encore à la remorque de cette bourgeoisie, si bien représentée par le gouvernement actuel anti -ouvrier! sous prétexte de sauver la république! qu’elle république? la république des bourgeois, cette république des 1% (les banques, le medef, l’ENA, les politiciens corrompus!). Hors de question, alors comme toi, je dis, marche pour une 6ème république qui sache instaurer l’auto gestion, le pouvoir aux travailleurs, rien qu’aux travailleurs, et les patrons, actionnaires, bourgeois, basta! Lutte contre le fascisme, oui, mille fois oui, mais avec le front unique des travailleurs et des salariés en lutte et de leur convergence, pas avec la bourgeoisie, meme modérée , c’est un leurre, en 1936, avec la grève generale organisée par le « bas » par les travailleurs eux meme, on a gagné des avancées , des droits importants, et puis quand on nous a remis à la remorque de la bourgeoisie, on s’est retrouvé avec l’abandon des « républicains » espagnols et révolutionnaires, on s’est retrouvé en 1939 avec le fascisme de Pétain an bout du compte, et des congés payés, on n’avait plus que le STO, service du travail obligatoire, et je dis on, parce que je suis de la classe ouvrière, technicienne, prolétaire, maintenant, hier, demain, comme il y a 70 ans, ou meme 2000 ans avec les Spartacus! Rassemblement de toutes et tous les travailleurs, salariés ou chomeurs ou précaires! pas avec des bouts de la Bourgeoisie, des patrons, de la hierarchie et des actionnaires, meme modérés! si on met des bourgeois dans nos rangs, on ratera le front unique avec tous les travailleurs, ces bourges nous confisquerons nos luttes et nos décisions et notre controle sur la société, encore une fois, comme souvent dans les luttes actuelles, alors non, assez de se faire rouler dans la farien, et je trouve choquant qu’un camarade du Front de Gauche ne comprenne pas ça, ça fait peur et ça décourage! et ça fait involontairement le jeu du fascisme, qui va récupérer les déçus parmi nous autres prolétaires, alors pour lutter efficcement contre le fascisme, faut lutter contre le capitalisme et jamais perdre cette cible de vue, car c »est le capitalisme qui engendre le fascisme, le fascisle, c’est le chien de garde des patrons et des bourgeois, les bourgeois, c’est le fascisme qu’ils appelle pour nous « mater », pour détruir le peu de démocratie qu’il y a déjà, moi, nous, on veut toute la démocratie, et avec des patrons , des bourgeois, c’est pas possible, à moins qu’ils décident de devenir comme nous autres: des prolétaires, toutes et tous avec les memes droits et sans possessions d’usine ou de patrimoine, rien que des acquis collectifs!

      Reply
      1. SOY

        C’est bien ce que je pense. Nous ne nous laisserons pas confisquer notre lutte des travailleurs par les bourgeois, les patrons, NON A LA MAIN TENDUE envers la bourgeoisie !!!
        A bas le capitalisme !!!

        Reply
  10. Liberatore

    Votre proposition n’est pas réaliste car le peuple a peur de la guerre civile et préfère tout sauf la guerre.
    La solution vous la trouvez dans le serment citoyen et ses volontés.
    Il est illusoire de prétendre que les élus feront le bien du peuple sinon, ils aideraient les employés des entreprises qui licencient malgré les bénéfices qu’ils placent ailleurs et accusent les salariés de tous les maux de la terre pour cause de délocalisation et fermeture. Pour cela il est à réformer le code du commerce, pénal, du travail en profondeur et fiscal bien entendu.
    Mélanchon et les autres n’en sont pas capables ni n’ont la volonté.
    Ils préfèrent les restos du coeur, les SDF, etc. à qui il pourra faire semblant d’aider!

    C’est le citoyen qui doit décider de ce qui est bon pour lui et non subir les obligations sans avoir le droit de demander et d’obtenir d’explication sur la nécessité, l’équité et la quotité des actions à payer par lui avec la sueur de son travail que les parlementaires exploitent et roulent avec la voiture du peuple, une C6 citroen par exemple avec chauffeur et logement gratuit plus tous les autres privilèges alors que les familles n’arrivent pas à joindre les deux bouts.

    Méditez ceci, ne vous laissez plus avoir !

    Reply
  11. brunoarf

    Jeudi 18 avril 2013 :

    Accords UMP/FN aux municipales : Le Pen s’en félicite.

    A moins d’un an des élections municipales de mars 2014, une majorité de sympathisants UMP se déclarent favorables à des accords électoraux locaux avec les candidats du Front national, selon un sondage exclusif Ifop-Fiducial pour Europe 1 publié jeudi.

    Ils sont ainsi 53% à se déclarer favorables à de telles alliances, contre 44% en novembre 2012.

    Parallèlement, 73 % des sympathisants FN sont favorables à de tels accords avec l’UMP.

    Invitée jeudi matin sur Europe 1, la présidente du FN s’est félicitée de tels résultats. « Nous avons toujours dit que nous envisagions de pouvoir passer des alliances au cas par cas aux élections locales ».

    « Nos électeurs sont d’accord avec nous ! », s’est exclamée Marine Le Pen.

    http://www.europe1.fr/Politique/Accords-UMP-FN-aux-municipales-Le-Pen-s-en-felicite-1486787/

    Ca dégénère.

    La situation de la France est en train de dégénérer.

    Reply

Laisser un commentaire